Cameroun - Discours présidentiel du 10 septembre 2019: Paul Biya évite le débat sur le fédéralisme, la sécession et la crise post-électorale

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Sep-2019 - 15h18   2968                      
5
Paul Biya archives
Alors que son avis sur ses sujets était attendu, le Président de la république a rendu ces sujets tabous.

«La crise post-électorale, ayant conduit à l’organisation des ‘’marches blanches’’ par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), avec à la clé, l’arrestation et la détention jusqu’à ce jour des militants de  ce parti politique, y compris son leader, Maurice Kamto n’a pas été évoquée par le Président de la République… Idem pour la question relative à la forme de l’Etat», relève le quotidien Mutations en kiosque ce 12 septembre 2019.

Pourtant selon notre confrère, une bonne frange de la population du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, y compris des acteurs de la scène politique nationale, plaident pour le fédéralisme. Les plus radicaux vont même jusqu’à évoquer la sécession de la partie anglophone. Un sujet que le Chef de l’Etat n’a pas trouvé l’importance d’évoquer.

La trentaine de minute qu’a duré le discours de Paul Biya a été accordée en majorité, à la crise anglophone; mais spécialement, aux sujets choisis par lui-même. «Le bilinguisme, la diversité culturelle et la cohésion sociale, la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays», voilà en quelques sortes les sujets sur lesquels vont reposer le dialogue nationale de la fin de ce mois.

En excluant le fédéralisme de son discours, le Chef de l’Etat s’est appuyé sur notre constitution, «sachant que la constitution actuelle au goût de ses thuriféraires, ne le prévoit guère. Bien plus, l’évocation de la décentralisation et le développement local, ainsi que l’annonce de la tenue des élections régionales semblent préciser le choix de la décentralisation au détriment du fédéralisme», note le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique