Cameroun – Divergence : L’artiste Richard Bona et l’homme politique Célestin Djamen s’étripent sur la toile au sujet de la politique

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Aug-2021 - 20h11   15351                      
37
Richard Bona et Célestin Djamen CIN
Les deux personnalités se donnent violemment des coups en dessous de la ceinture à travers des échanges de messages diffusés sur le réseau social Facebook, plus durs encore ce vendredi 27 août 2021. En toile de fond, une divergence de vues sur les questions politiques, où s’entremêlent injures, problèmes d’égo et de légitimité dans l’espace politique.

L’actualité politique au Cameroun est dominée cette fin de semaine par les obsèques du leader du Mouvement « AGIR-ACT », Christian Penda Ekoka, qui sera conduit à sa dernière demeure le samedi 28 août 2021 à Deido à Douala (Littoral). Et pourtant, deux personnalités de l’espace public camerounais sont en train de s’étriper autour du cadavre de l’ex allié de Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Il s’agit du célèbre bassiste Richard Bona et du président de l’Alliance Patriotique Républicaine (APAR), Célestin Djamen.

Les deux personnalités se donnent des coups violents en dessous de la ceinture, à travers des échanges de messages diffusés sur le réseau social Facebook depuis quelques jours. Un jeu de ping-pong empreint d’injures, d’intrigues, de problèmes d’égo et de légitimité dans l’espace politique.

Tout est parti d’un message posté le 25 août dernier sur Twitter par Richard Bona, annonçant sa capitulation dans le combat pour le changement politique au Cameroun. « Je suis un citoyen d’une Afrique libre… J’y ai cru pendant des années, mais c’est une cause perdue… Je quitte officiellement ce combat… bonne route », annonçait « Ninja ».

Tweet à l'origine de la querelle (c) CIN

Un message interprété à juste titre par Célestin Djamen, dans une analyse jeudi sur Facebook, comme une capitulation de l’artiste musicien non sans lui envoyé une punchline. « Ne l'avais-je pas prédit depuis ma démission ??? Mais les ZOUH-AVES demeureront des ZOUH-AVES et les sourds des sourds... Dans tous les cas une femme aveugle et un mari sourd n'ont en général pas grand-chose à partager. Qu'est-ce que le sublimissime Richard Bona avait à partager avec vous ? », a commenté l’ancien cadre du MRC, passé dans l’adversité avec ses anciens partisans.

Une immixtion que n’a pas du tout apprécié Richard Bona, et qui ne s’est pas gardé de reprendre l’homme politique : « On ne répond pas à un excrément mal habillé qui attend d’être appelé dans la mangeoire nauséabonde ».

Ce vendredi,  les deux protagonistes sont montés en intensité dans l’escalade verbale. Le président de l’APAR a fait une nouvelle sortie dans laquelle il conteste à Bona la légitimité pour parler de politique, en se prévalant d’être son aïeul en la matière. « En matière politique, je vous invite à vous cacher,  même si j'admire votre amateurisme enthousiaste. Je ne suis pas votre égal en politique, je ne suis même pas votre père ni votre grand-père, si j'usais d'une métaphore générationnelle je serais plutôt votre arrière-Grand père », a répliqué l’ancien Mrciste.

Et Richard Bona de revenir à la charge : « La politique ce n’est pas un métier…NON. La politique est un engagement civique vis-à-vis de ton peuple… Et non la recherche de m’APAR… », a-t-il rétorqué dans un message accompagné d’une vidéo dans laquelle il célèbre ironiquement Célestin Djamen en parodiant une chanson de Bob Marley.

Il importe de préciser que Richard Bona est un sympathisant du MRC et grand admirateur de son président Maurice Kamto.

 

Message de Djamen à Bona : 

Monsieur Ni-Ja Ni-Ganja (à vérifier très fortement). Les Africains et les Camerounais en particulier sont profondément fiers de votre virtuosité dans l'art musical. Ils vous seront éternellement reconnaissants pour la si belle image que vous offrez d'eux sur les scènes mondiales en cette matière . Par conséquent Aucun homme sérieux ne peut contester votre talent artistique, certainement pas AL Jarreau.
Cependant en matière politique, je vous invite à vous cacher, même si j'admire votre amateurisme enthousiaste. Je ne suis pas votre égal en politique, je ne suis même pas votre père ni votre grand-père, si j'usais d'une métaphore générationnelle je serais plutôt votre arrière-Grand père.
Même si vous vous trompez de bonne foi je ne saurais comme vous, sombrer dans l'eschatologie crypto-talibanesque où vous utilisez des mots comme KK et autres...dechets, indigne de vous et de votre statut car pour parler de politique vous vous situez justement en dessous du kk. Et tant que LA POLITIQUE demeurera un art cher monsieur, les coups de gueule d'un Ninja ressembleront toujours aux crachats d'un cobra privé de venin.
Vous sembler de surcroît confondre agitation et engagement. Votre agitation ressemble davantage au déhanchement frénétique et saccadé d'un danseur du M'bolè face au pas sublime d'un Michaël Jackson. L'ignorance c'est vrai est une maladie mais ça se soigne. Votre tweet rapidement effacé ne fait pas de vous un malhonnête mais un bébé politique qui se cherche. Vous y parviendrez cependant mais avec beaucoup de persévérance.
Débarrassez-vous seulement des "Afgans" car leur vitesse de contamination malfaisante est supérieure à celle du tchikunguna.
Bonne journée à vous cher frère

La réplique de Bona  en chanson : 

Richard Bona chambre Djamen (c) Facebook Richard Bona
Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique