Cameroun - Douala: Malgré l’ouverture de la circulation sur le deuxième pont du Wouri, les embouteillages persistent

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Oct-2017 - 01h25   4442                      
20
Le nouveau pont sur le Wouri ouvert a la circulation ce Mardi 03 Octobre 2017 Facebook
Entre autres causes, la chaussée rétrécie à la jonction des deux ponts et le non achèvement des travaux au niveau du quartier Deido.

Depuis le 3 octobre dernier, la circulation est ouverte sur le deuxième pont du Wouri à Douala. Malheureusement, les usagers qui ont jubilé suite à l’inauguration de cette infrastructure ont vite fait de déchanté les jours suivants, au vu du calvaire des embouteillages, toujours aussi présents qu’auparavant. En effet, malgré l’ouverture de la circulation sur le deuxième pont du Wouri, les embouteillages persistent. D’après le quotidien Le Messager du mercredi 11 octobre 2017 qui fait ce constat, ces bouchons sont occasionnés par le fait que la chaussée a été rétrécie à la jonction des deux ponts, mais aussi parce que les travaux ne sont pas encore achevés au niveau de Deido.

Le journal rapporte qu’entre la mairie de Douala IV et le rond pont Deido, le temps mis en voiture varie entre 20 et 30 minutes. Les passagers à bord des véhicules, sont par conséquent sans cesse à l'épreuve des nerfs, qui ont tendance à s'échauffer et à créer des  dispute entre les conducteurs. En plus de cela, à côté du deuxième pont sur le Wouri, se trouve une cimenterie construite à l’ancienne base Elf qui se sert de l’espace d’en face comme parking de ses camions de ravitaillement. Et au même endroit se trouve la brigade de gendarmerie de Deido, au sein de laquelle les gendarmes se font de plus en plus rare. De quoi créer des fois des envahissements de la chaussée et même du petit trottoir aux abords du pont.

Au vu de ce qui précède,  certains observateurs en sont à se demander si l’ouverture de cet ouvrage n’était pas un stratagème pour atténuer les répercussions des malheureux évènements du 1er octobre dernier dans le Sud-ouest et le Nord-ouest, détournant par ce fait, cette brulante actualité, indique le journal. Quoiqu’il en soit, les embouteillages continuent d’être le quotidien des habitants qui sont obligés d’emprunter ce chemin pour vaquer à leurs multiples occupations. Eux qui à l’annonce de l’ouverture de la circulation sur ce pont,  avaient cru achevé le calvaire des bouchons, que non.

 

Auteur:
Lore E. SOUHE
 contact@cameroon-info.net
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique