Cameroun - Drame de Kumba: Paul Biya doit faire quelque chose de nouveau selon les artistes Blick Bassy et Valery Ndongo

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Oct-2020 - 11h55   6983                      
4
Blick Bassy CIN/Archives
Les deux artistes estiment que toutes les initiatives prises jusqu’à présent pour résoudre la crise anglophone n’ont rien apporté de probant.

L’horrible massacre perpétré par des individus lourdement armés dans une école de la ville de Kumba, dans la région du Sud-Ouest le 24 octobre dernier, continue de charrier de nombreuses réactions d’indignation à travers le monde. Artistes, politiques, membres de la société civile, organismes internationaux, ONG, représentations diplomatiques étrangères etc. rivalisent  d’ingéniosité pour essayer de trouver les mots pour qualifier ce drame qui a couté la vie à près de 10 enfants.

Passé le temps de l’indignation, l’heure est maintenant à l’attribution des responsabilités. Si certaines personnes blâment les miliciens séparatistes, qui revendiquent l’indépendance des deux régions anglophones du pays, à qui on a vite fait d’attribuer la paternité de ces actes ignobles, d’autres par contre incriminent le gouvernement et surtout le président de la République Paul Biya, dont ils maudissent la gouvernance. C’est notamment le cas de l’artiste-musicien à la renommée internationale, Blick Bassy. Ce dernier estime que les différentes crises sécuritaires que traverse le Cameroun depuis de nombreuses années maintenant, sont justement la conséquence de l’échec de cette dernière, et le drame de Kumba n’en est que l’illustration.

«Ce qui arrive à Kumba nous rappelle la gestion catastrophique du conflit du Noso. Au-delà de l’indignation, nous nous devons de pointer la responsabilité de ceux qui gouvernent. Et quand on gouverne, échouer fait partie des options, il faut alors savoir passer le flambeau», a-t-il écrit sur Twitter.

L’humoriste Valery Ndongo interpelle également le président de la République. Il ne lui demande pas, comme Blick Bassy d’abandonner le fauteuil de président qu’il occupe depuis près de 40ans, mais l’invite cependant à trouver des solutions efficientes pour résoudre la crise anglophone qui a déjà fait plus de 1000 morts.

«J'adore mon pays. Tout le monde s'indigne et personne ne veut interpeler le seul homme garant de la sécurité du pays à savoir son excellence notre président de la république. C'est lui seul qui a les moyens de faire réellement quelque chose pour stopper la crise», a-t-il tweeté.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique