Cameroun - Drame: Le ministère de la Forêt et de la Faune ordonne l’abattage d’un hippopotame ayant ôté la vie à un pêcheur dans le Mayo-Danay (Extrême-Nord)

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2021 - 16h15   5997                      
3
Hippopotame CIN/Archives
L’imposant pachyderme a tué un pêcheur le 30 décembre 2020.

Des Hippopotames tueurs. Non, ce n’est pas de la science-fiction macérée à la sauce hollywoodienne. Il s’agit tout simplement de la dure réalité à laquelle sont confrontées les populations du département du Mayo-Danay depuis des mois. L’unité administrative connait une hausse des attaques d’hippopotames. Sept individus ont déjà perdu la vie par la faute de ces imposants pachydermes. Le dernier incident en date remonte au 30 décembre 2020. Un hippopotame s’en est pris à un pêcheur dans la partie sud du lac de Maga, située dans l’arrondissement de Kaï-Kaï. Ce dernier a rendu l’âme sous les crocs de l’animal.

En l’espace de 7 ans, le nombre d’hippopotames présents dans le département du Mayo-Danay a doublé. Il est passé de 600 avant 2013 à 1200 individus de nos jours. Une situation qui d’après Aladji Halla, le délégué départemental du ministère de la Forêt et de la Faune du Mayo-Danay, est due à la dégradation des conditions sécuritaires dans le bassin du lac Tchad, favorisée par les exactions de la secte islamiste Boko Haram

«Il y a donc eu une surpopulation d’hippopotames tout comme la population humaine dont la démographie est forte. Conséquence, les animaux et les hommes se disputent les mêmes espaces avec des conflits de plus en plus récurrents. Ce sont surtout les pécheurs qui perdent souvent la vie dans les accrochages avec ces animaux. Les déjections des hippopotames constituent un indicatif pour le foisonnement des poissons. Les pêcheurs contraints à une situation de survie, n’hésitent pas à prendre des risques pour aller pêcher les poissons derrière les hippopotames. Quels que soient les dangers. C’est ce qui explique parfois des morts du côté des pécheurs. Durant l’année 2020, trois hippopotames ont été abattus et leurs carcasses remises à la population. Le 10 janvier dernier, un autre a été tué dans la zone de Kaï-Kaï après avoir été traqué pendant plusieurs jours suite à l’incident du 30 décembre», lit-on dans les colonnes de Cameroon Tribune en kiosque le mercredi 13 janvier 2021.

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique