Cameroun - Drame: Un accident de la circulation fait deux morts à Douala

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Nov-2020 - 09h06   10176                      
2
Accident à Douala capture d'écran
C’était le 25 novembre 2020, sur le tronçon de la Nationale n°3 allant de Tradex Village jusqu’au Marché des fleurs.

Un accident de circulation a fait deux morts sur le tronçon de la Nationale n°3 allant de tradex village jusqu’au marché des fleurs dans la ville de Douala. C’était le 25 novembre 2020. Il s'agit de deux dames qui se rendaient au marché des fleurs en mototaxi.

Le quotidien national bilingue Cameroon Tribune paru le 26 novembre 2020 rapporte qu’un «camion semi-remorque transportant des bouteilles de gaz, et venant de la zone de Village, a percuté la moto transportant les deux dames. Notre source indique que le chauffeur du camion voulait éviter un taxi stationné sur le côté, pour déposer des passagers. Malheureusement, le moto-taximan était sur sa trajectoire...  Le chauffeur du camion a réussi à éviter un drame plus lourd. S’il avait écrasé le taxi, le bilan aurait été pire».

«Le tableau est quand même triste. Visiblement, le mauvais stationnement du taxi à cet endroit est l’une des causes de cet accident. Dans sa course folle, le camion est sorti de la chaussée et s’est retrouvé dans le décor. Le camion se serait renversé en pleine chaussée s’il n’avait pas été retenu en partie par un lampadaire», poursuit le journal.

Notre confrère raconte que le camionneur s’est enfui, et que les corps des deux dames ont été transportés par les sapeurs-pompiers à la morgue de l’hôpital Laquintinie.

D’après le journal, le tronçon de la Nationale n°3 allant de Tradex Village jusqu’au Marché des fleurs s’avère particulièrement accidentogène. «La plupart des accidents sont causés par l’excès de vitesse et l’indiscipline des usagers de la route, automobilistes comme piétons. La zone allant du tunnel de l’aéroport au carrefour du Marché des fleurs est par ailleurs déconseillée pour le dépôt ou le ramassage de passagers. Mais dans les faits, c’est tout le contraire qui se produit au quotidien», lit-on.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique