Cameroun - Droit d’auteur de l’art musical: Le ministre des Arts et de la Culture instruit la tenue d’une Assemblée générale ordinaire en vue de la reddition des comptes des exercices 2018 et 2019

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Sep-2020 - 14h33   1205                      
1
Artistes affiliés à la SONACAM archives
C’était au cours d’une audience accordée aux membres de la SONACAM.

Le mercredi 9 septembre 2020, Une délégation de la Société nationale de l’art musical (SONACAM) que conduisait Sam Fan Thomas, le président du conseil d’administration de ladite société, a été reçue en audience par Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre des Arts et de la Culture. L’objectif de cette rencontre était d’apporter des éclaircissements au sujet des dysfonctionnements observés au sein de la SONACAM par la Commission  de contrôle des organismes de gestion collective, sur la période  allant de janvier 2018 à Juin 2019. Après plus de 5 heures de débat, le MINAC a instruit, au sortir de cette assise, la convocation d’une assemblée générale ordinaire de la SONACAM, qui devra se tenir au plus tard le 31 octobre 2020, en vue de la reddition des comptes des exercices de 2018 et 2019.

«Je préconise l’audit des comptes et la réforme interne de la société. Ceci en vue de régulariser et d’organiser son fonctionnement, l’amendement et l’élaboration de l’ensemble des textes fondamentaux de la SONACAM», a préconisé le ministre.

D’après des informations relayées par  le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque le lundi 14 septembre 2020, les membres de la SONACAM, en tête desquels le président du conseil d’administration Sam Fan Thomas, ont promis de respecter à la lettre les recommandations de Bidoung Mpkatt.

«Le ministre a attiré notre attention sur ces dérives Il a également demandé que la SONACAM aille vers ceux qui ne sont pas encore membres, afin qu’ensemble on puisse réaliser de grandes choses dans cette société. L’assemblée générale sera convoquée le 31 octobre avec d’abord une session ordinaire pour présenter le bilan aux artistes, et ensuite, une autre extraordinaire en vue des élections», a confié Sam Fan Thomas au média gouvernemental.

«Pour ce qui est des irrégularités, dont certaines sont considérées comme des fautes lourdes dans la gestion de cette société d’art musical par le MINAC, l’on relève des dépenses effectuées sans pièces justificatives, l’absence d’un manuel de procédure administrative et comptable. Ainsi que l’existence d’un document décrivant le fonctionnement et les activités principales de la société, notamment la collecte de la redevance, la répartition aux bénéficiaires et la gestion du personnel. Et enfin, les effectifs pléthoriques du Conseil d’administration constitué de 41 membres au lieu de 31», lit-on dans les colonnes du journal que dirige Marie Claire Nnana.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique