Cameroun - Droit Foncier: Le Centre pour l’Environnement et le Développement octroie 65 millions FCFA à quatre organisations non gouvernementales pour faciliter l’accès à la terre des déplacés internes

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Oct-2020 - 09h34   4047                      
1
Pour les déplacés de l'insurrection de Boko Haram, survie est synonyme de débrouille, quel que soit le moyen d'y parv AFP/FATI ABUBAKAR
Ces organisations ont été sélectionnées sur les 46 projets enregistrés par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED).

65 millions de FCFA, c’est le montant accordé par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) à quatre organisations de la Société civile à savoir: Avocat sans frontière et humanitaire du Cameroun,  l’association ACDEV, basée dans la région de l’Extrême-Nord, COMED et le Conseil diocésain justice et paix du Nord à Garoua.

Ce financement a été octroyé dans le cadre du projet LANDCAM pour l’implication des déplacés internes dans la gestion des terres dans les localités d’accueil. «Pour cette édition 2020-2021, LANDCAM permet aux OSC d’accéder à des fonds pour, entre autres, combler les lacunes dans les approches de sécurisation des droits fonciers et des ressources naturelles, en particulier pour les groupes vulnérables», précise le quotidien Le Messager dans son édition du 27 octobre 2020.

Selon Perrine Tchatat, présidente de l’association Avocat sans frontière et humanitaire du Cameroun, bénéficiaire de la subvention, il s’agit «de sensibiliser davantage les populations hôtes ainsi que les pouvoirs publics pour accepter les déplacées internes et faciliter leur accès à la terre dans trois arrondissements ciblés pour une période de 9 mois…Dans le cadre de la crise Boko haram, on s’est rendu compte que plusieurs camerounais qui sont partis du Mayo-Tsanaga se sont retrouvés dans le Mayo-Kani et sont logés dans les écoles dans des conditions déplorables. Surtout, ils n’avaient pas accès à la terre», explique-t-elle dans les colonnes du journal.

Ces organisations ont été sélectionnées sur les 46 projets enregistrés par le Centre pour l’Environnement et le Développement. La ponctualité dans le délai de soumission des candidatures, la pertinence de la problématique et la cohérence entre le budget et la problématique sont les critères retenus par les assesseurs pour déterminer les bénéficiaires. Ces derniers ont 9 mois pour présenter les résultats obtenus.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique