Cameroun - Droits d’auteur: L’artiste Jean-Pierre Essome déclare que le ministre Narcisse Mouelle Kombi veut s’approprier l’argent de la CMC

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Feb-2018 - 17h49   4280                      
2
Jean-Pierre Essome Archives
Selon le musicien, l’actuel patron du département en charge de la culture agit comme ses prédécesseurs qu’il dit attirés par les fonds générés par les droits d’auteur des artistes.

C’est un Jean-Pierre Essome déchaîné qui est intervenu ce mercredi matin sur l’antenne de Radio Balafon, émettant de Douala. L’artiste déclare que le ministre des arts et de la culture a pris sur lui de créer une société des artistes alors qu’il n’est pas artiste. Or certifie-t-il, « ce sont les membres d’une société qui créent une société ».  

L’artiste cite encore la loi en disant que tant qu’il y a une société qui a une existence légale on  ne peut pas créer une autre société. Il soutient que la Cameroon music corporation (CMC) existe bel et bien mais que Mouelle Kombi veut arracher ses avoirs.  « Depuis  2008, elle a des avoirs qu’elle a cantonnés dans des banques. Elle a signé des conventions avec des usagers. Donc l’argent de 2008 à 2018, le ministre veut liquider cette société pour prendre cet argent et lettre en poche ».

Essome énumère les difficultés actuelles de la Sonacam société dont la création a été approuvée par le ministre des arts et de la culture et en conclut que « tout ce que le professeur Narcisse Mouelle Kombi a fait c’est pour être le seul bénéficiaire de la situation ».  Il parle d’ « abus de fonction »

Jean-Pierre Essome réitère que dit que ce ne sont pas les artistes qui sont le problème du droit d’auteur au Cameroun, mais les ministres en charge de la culture.  « C’est avec les ministres que nous avons le problème. Ce sont des personnes qui sont intéressées par l’argent de l’artiste »

Il affirme qu’après la création de la SONACAM, le ministre a porté plainte et serait en train de mener des actions « pour liquider la CMC qui a des avoirs et qui offre des avantages incomparables à l’artiste-musicien camerounais ».  Il considère les autres sociétés de droit d’auteur illégales.  

« La seule chose qui va se passer c’est que pendant le mandat du ministre le peu d’argent qu’ils vont récupérer là-bas servira à construire des immeubles à Yabassi ou bien n’importe où là-bas sans que l’artiste ne puisse sortir de la merde ! (…) Lors qu’in ministre est un agrégé de droit, commence à violer les lois, les textes  et les règlements, c’est dans un but bien précis », accuse-t-il  encore.

 

 

                                                

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique