Cameroun – Droits d’auteurs de l’art-musical: Après avoir reçu 25.000 FCFA lors de la répartition spéciale de décembre,  des artistes musiciens crient au scandale.

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2020 - 13h16   2377                      
0
Artistes affiliés à la SONACAM archives
Ces derniers estiment que la SONACAM n’a aucun respect pour les artistes musiciens

Le mardi 31 décembre 2019, la Société Nationale de l’Art Musical (SONACAM) a procédé à une répartition spéciale des droits d’auteurs de l’art musical. Pour la circonstance, une enveloppe de 35 millions de FCFA a été distribuée à 1416 artistes, soit environ 25.000 FCFA par artiste. 2 semaines après cette redistribution, certains artistes-musiciens camerounais ont toujours du mal à avaler cette pilule. C’est le cas de l’artiste Kaïssa Pakito. Interrogé par la CRTV, ce dernier estime que la répartition du 31 décembre 2019, était une énorme fumisterie organisée par la SONACAM pour se moquer des artistes «On donne à un artiste après 2 ans 25.000 FCFA! Même si ta chanson a joué une seule fois à la radio, 25.000 FCFA après 2 ans, ce n’est pas une moquerie? Il aurait même valu ne rien donner», pense-t-il. Pour Sergeo Polo, par ailleurs administrateur à la SONACAM, ses collaborateurs n’ont aucun respect pour l’artiste-musicien camerounais «J’ai envie de rire et en même temps j’ai envie de pleurer. Ces personnes ne respectent pas l’artiste camerounais. Le 04 septembre exactement j’ai adressé un courrier à monsieur Sam Fan Thomas, ou j’attirais son attention sur la mauvaise gestion, et je lui demandais la mise à disposition des statuts, parce que je suis administrateur de la SONACAM. Je n’ai pas eu de réponse de sa part» a-t-il déclaré au micro de nos confrères de la CRTV. L’artiste Nicole Mara quant à elle, a décidé de faire appel à la première dame Chantal Biya «Autant d’années d’expérience, autant d’années de carrière pour qu’on vienne nous insulter de la sorte sous vos yeux. Mais je toucherais particulièrement la dame de cœur. Mama Chantal je m’adresse à toi. Mama ne dort pas, ne nous laisse pas»

Face à cette vague de mécontentements, la SONACAM essaie de calmer le jeu. Ayuy Y. Etta-Nyoh, délégué régional de la SONACAM pour le Littoral assure que la répartition du 31 décembre dernier n’était qu’un moyen d’encourager les artistes à travailler d’avantage en attendant la répartition réelle «Une répartition spéciale est organisée pour accompagner, pour booster, pour encourager les artistes à continuer à travailler en attendant la répartition réelle. Si on regarde ce qu’on distribue aux artistes actuellement ça dépasse ce que CANAL+ a versé à la SONACAM. C’est le petit barman du quartier, c’est le snack-bar ainsi de suite. Ce sont tous ces gens-là qui ont payé»

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique