Cameroun – Droits de l’Homme : Human Rights Watch en campagne contre la candidature du Cameroun au poste de membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Oct-2021 - 15h13   4023                      
13
Paul Biya a la Tribune des Nations Unies - 22/09/2016 P.R.C.
L’ONG internationale invite les Etats membres de l’Organisation des Nations-Unies, à ne pas voter pour le pays de Paul Biya en lice pour un poste au sein de cette instance, au prétexte que notre pays multiplie des cas de violation des droits humains et persécute les personnes homosexuelles.

L’Assemblée générale des Nations Unies va élire le jeudi 14 octobre 2021, 18 membres du Conseil des droits de l’homme, où siègent 47 pays, pour une période de trois ans à compter de janvier 2022. Deux jours avant ce scrutin, l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) bat campagne contre la candidature du Cameroun, et appelle les Etats membres de l’ONU, à ne point voter pour le pays de Paul Biya, qu’elle accuse, au même titre que l’Érythrée, et les Émirats arabes unis (EAU), d’avoir multiplié ces derniers années des cas de violation des droits humains, et donc, « ne remplissent pas les critères d’appartenance au principal organe de droits humains des Nations Unies », indique HRW dans un rapport rendu public le mardi 12 octobre 2021.

Pour Louis Charbonneau, directeur du plaidoyer auprès des Nations-Unies à Human Rights Watch, « en élisant des pays responsables de violations graves comme le Cameroun, l’Érythrée et les EAU, les États membres de l’ONU enverraient un signal consternant indiquant qu’ils ne prennent pas au sérieux la mission fondamentale du Conseil, à savoir la défense des droits humains. »

En effet, le Cameroun comme l’ensemble des pays pourvoyeurs des 18 postes est quasi-assuré d’obtenir un poste au sein dudit conseil et de rempiler, en l’absence d’une véritable concurrence. Les pays candidats sont les suivants : Cameroun, Érythrée, Gambie, Bénin et Somalie pour le groupe Afrique ; Qatar, EAU, Kazakhstan, Inde et Malaisie pour le groupe Asie-Pacifique ; Argentine, Paraguay et Honduras pour le groupe Amérique latine et Caraïbes ; Luxembourg, Finlande et États-Unis pour le groupe Europe occidentale et autres États ; et Lituanie et Monténégro pour le groupe Europe orientale.

Il est notamment reproché au Cameroun d’avoir enregistré une croissance exponentielle des cas de violation des droits humains dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et d’avoir persécuter les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT).

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique