Cameroun – Education : Malgré le tollé, le livre à scandale de la classe de 5ème n’a pas été retiré

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Sep-2018 - 04h42   892                      
1
Une rumeur a fait état du retrait du manuel « L’EXCELLENCE EN SCIENCE ». Après vérification, il n’en est rien.

« L’EXCELLENCE EN SCIENCE » reste au programme de la classe de 5ème de l’enseignement secondaire général, du moins pour l’instant. Une rumeur a circulé en fin de semaine dernière faisant état du retrait du manuel scolaire qui a créé un tollé au sein de la communauté éducative nationale. Mais tout recoupement fait, il n’en est rien. « C’est le gouvernement qui doit prendre cette décision. Et jusqu’à présent, rien n’a été décidé », informe une source au ministère des Enseignements Secondaires.

La polémique, elle ne retombe pas. Une pétition en circulation sur internet exige le retrait du livre. Le mouvement a déjà récolté près de 4000 signatures. Selon les initiateurs, la pétition « a été lancée parce que ce livre contient des images pornographiques, choquantes. En outre ils font référence à des pratiques sexuelles non adaptées à des enfants de bas âges (la fellation, le cunnilingus*, l’homosexualité, etc.) ».

« L’EXCELLENCE EN SCIENCE », c’est le titre de ce manuel scolaire inscrit au programme de la classe de 5ème de l’enseignement secondaire général. Le livre édité par la maison bilingue Nmi Education est très critiqué à cause de son contenu. Le débat s’est très vite déporté sur les réseaux sociaux.

Sur sa page Facebook, le Pr. Manasse Aboya Endong, enseignant d’université, s’est plutôt montré favorable à l’inscription de cet ouvrage au programme. « Parler aux enfants des pratiques en cours dans leur environnement est pédagogique. Rien de plus !!! », a-t-il lancé.

Une sortie qui a fait réagir de nombreux internautes ; la plus part étant opposés au contenu du livre. « Pour nous africains, par notre culture et notre approche familiale de l'éducation, c'est précoce et contreproductif. Tenez compte des réactions actuelles des parents que nous sommes », riposte Richard Kouam.  Une réaction qui résume assez-bien la pensée des parents d’élèves.

La polémique est tellement vive qu’elle a suscité la réaction de la maison d’édition qui se dit victime de sabotage. Dans les colonnes du quotidien Mutations paru le 7 septembre 2018, le président directeur général de Nmi Education déclare : « nous ne pouvons en aucun cas faire l’apologie de telles pratiques dans notre livre. Il s’agit de dénoncer des comportements néfastes émergents à la reproduction et les gens comprennent cela à l’envers. Beaucoup de jeunes garçons sont victimes de pratiques mystiques homosexuelles juste parce qu’ils ne connaissent pas les conséquences lointaines on veut sensibiliser et non encourager », explique Roger Nforgwei.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique