Cameroun - Eglise catholique: Le maire RDPC Saint Eloi Bidoung demande l'excommunication du père Ludovic Lado

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Oct-2019 - 18h41   7507                      
16
Saint Eloi Bidoung, 3e adjoint au Maire de Yaoundé VI Archives
Selon lui, le prêtre jésuite diffuse la haine contre la communauté Beti.

Le militant du DPC et premier adjoint au maire de Yaoundé 6è, Saint Éloi Bidoung, fustige la dernière sortie du père Ludovic Lado.

Le prêtre jésuite a réagi aux récentes émeutes de Sangmelima, dénonçant la montée en puissance du tribalisme favorisée par l'universitaire Patrice Nganang, le ministre Jean De Dieu Momo ou encore la chaîne Vision 4. L'homme de Dieu, analysant les scènes de violence, y a vu l'expression d'un malaise social grandissant plutôt que des attaques ciblées contre certaines communautés.

Dans une réflexion publiée le 19 octobre 2019, Saint Eloi Bidoung pense qu'il s'agit d'un discours destiné à défendre la communauté Bamiléké dont il est issu et à stigmatiser les Betis.

«Le discours du père Ludovic Lado est une trahison. Une trahison contre les préceptes bibliques d’amour, de communion et de fraternité», invective l'homme politique sans jamais mettre en relief les déclarations qu'il dénonce.

«Je n’ai pas le pouvoir de l’excommunier, mais je dis que ce père Ludovic Lado est une personnalité luciférienne, qu’il faut fuir à toutes jambes», ajoute le maire.

Plus loi, il affirme: «Moi, je me souviendrai s’agissant du père Lado, d’un tribaliste notoire et dangereux. Je me souviendrai avec effroi d’un tribaliste fils de prélat, dévergondé, homophobe...»

Ci-après la réflexion de Saint Eloi Bidoung

Eglise Catholique: Que le père LADO soit excommunié

Homme odieux, loin de Dieu
« Jésus pleura » et il pleure toujours quand il voit le père Ludovic Lado dans les allées de Satan. L’homme de Dieu est devenu un homme odieux, avec une langue pleine du venin du tribalisme et de la stigmatisation.

Celui qui devait rassembler au nom de Dieu, divise maintenant au nom de Satan.
As t-il perdu la foi? Non! Il a toujours la foi. Cette foi des loups qui se cachent dans la bergerie.

Oui, il garde sa foi, par ce que le dieu qu’il sert est devenu plus fort que le Dieu d’Abraham, d’Isaac !
Qui ira encore à la confesse chez un suppôt du Diable ? C’est la question que me posait un fidèle catholique après avoir lu le dernier évangile de la haine anti-béti du père Ludovic Lado.

Les bamilékés pourraient y aller, puisqu’il les «défend» sur tous les autels. Pas un bamiléké qui récite son chapelet chaque matin ne peut consacrer une minute de sa journée pour écouter le père Ludovic. Quel jeune bamiléké, croyant et fidèle aux commandements légués à Moïse pour tout le peuple de Dieu, peut supporter les élucubrations démoniaques de ce prêtre qui n’a même pas la force spirituelle de jeter sa soutane.

Et pourquoi ne balance-t-il pas sa soutane et son col dans une de ces poubelles qui parsèment Yaoundé et Douala. Cela apaisera les esprits. On n’en discutera plus, puisqu’il sera comme un de ces multiples possédés du démon qui déambulent dans les rues, la bave aux lèvres et les yeux rouges !

Le discours du père Ludovic Lado est une trahison. Une trahison contre les préceptes bibliques d’amour, de communion et de fraternité. Le Seigneur se retrouve ainsi désarmé, en écoutant ce qui sort de la bouche de son serviteur ; on attend mieux d’un prélat.

Des incompréhensions divisent des compatriotes à Sangmélima, on espérait un discours d’apaisement ; surtout que nous, hommes politiques, avons déjà trompé le peuple jusqu’à son dernier neurone. Nous confessons notre méchanceté, comme l’on d’ailleurs confessé les élites du Dja et Lobo.

Mais tous, nous implorons la providence divine. Que faut-il attendre du ciel, si un prêtre convoque le tribalisme, avec des mots qu’on ne trouverait pas dans la Bible ? Je n’ai pas le pouvoir de l’excommunier, mais je dis que ce père Ludovic Lado est une personnalité luciférienne, qu’il faut fuir à toutes jambes. Même de l’eau bénite ne l’en délivrera plus.E

ncore moins le jeûne et la prière. 

Suppôt du Diable en soutane

 
Avant d’aller en enfer, je veux que le père Ludovic Lado me dise, s’il se rappelle toujours, de qui sont crées les bétis et les bamilékés. Si c’est un seul Dieu, alors là, c’est que le jésuite boit abondamment du

Perlado au petit matin. Puisqu’il ne s’en rappelle plus. S’il me dit que seuls les Bamilékés, qu’il prétend «  défendre » dans sa croisade apocalyptique contre les bétis, ont été créés par Dieu le père Tout-puissant. Je m’inclinerai devant la toute puissance du Diable dans l’Eglise qui est au Cameroun. Car le Diable aura alors réussir l’exploit de convertir toute une tribu grâce à l’évangile d’un seul de ses brillants suppôts. En la personne de Ludovic Lado.

Eglise catholique, qu’en faisons-nous ? N’ ya t-il pas un prêtre exorcisme pour sauver cet universitaire ? Pourquoi le clergé catholique a laissé le démon du tribalisme posséder entièrement le père Lado, alors qu’il donnait déjà des signes graves de son ethno-fascisme à l’Université catholique d’Afrique centrale ? On ne cherchera plus les visages et les identités de ceux qui arment de machettes des camerounais contre des camerounais. On ne demandera plus quel chemin aura pris le Diable pour entrer au Cameroun pour piller, voler et détruire. C’est un de ses lieutenants fidèles, caché sous une soutane de serviteur de Dieu, qui tenait la porte. Prions ensemble !

Le diable reconnaîtra les siens et les récompensera. Il se souviendra qu’un prêtre qu’il aura pu détourner pour en faire son serviteur dévoué. Il se souviendra de Ludovic Lado, son digne serviteur qui aura crée et semé les graines de la haine entre les bamilékés et les bétis du Cameroun. Il se souviendra d’un jésuite défroqué, en cavale dans la nature, sabre et sagaie à la main pour empêcher toute unité nationale au Cameroun. Le diable se souviendra d’une recrue de taille, Ludovic Lado, ancien serviteur de Jésus-Christ avec le col de jésuite, devenu un personnage très important dans la cour de Lucifer.

Moi, je me souviendrai s’agissant du père Lado, d’un tribaliste notoire et dangereux. Je me souviendrai avec effroi d’un tribaliste fils de prélat, dévergondé, homophobe, sataniste, supremassiste, ethnofascite, ethnocentrique….
Que le diable l’emporte!r

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique