Cameroun - Élections municipales : L’Ufdc à la conquête de la mairie de Douala 4e

Par Marie Louise SIMO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Mar-2018 - 17h02   1388                      
0
Le principal challenge de l’Union des forces démocratiques du Cameroun pour l’année 2018, est de s’offrir la mairie de Douala 4e et le siège de député à l’Assemblée nationale.

L’Union des forces démocratiques du Cameroun (Ufdc) affutent ses armes  pour la succession de  Frédéric Amond Koum Elangu, maire (Rdpc) de la commune d’arrondissement de Douala 4e. C’est le principal objectif que veut atteindre en 2018, année électorale au Cameroun, ce parti politique d’opposition, avec en prime, un siège de député à l’Assemblée nationale. « Il ne faudrait pas se leurrer. Notre rentrée a eu lieu à Bonabéri, ce qui démontre à souhait que notre objectif primordial c’est de mieux nous organiser avec pour objectif de rafler quelques sièges, voire gagner la mairie de Douala 4e, et probablement remporter aussi le siège des législatives », affirme le vice-président de  ce mouvement politique, Me  Sylvain Monga  lors de leur rentrée politique. Une fois ce but atteint, l’Udfc promet de mener une bataille pour une  « répartition équitable des richesses du Cameroun ».

Bien que son parti ne soit pas candidat à la présidentielle, le parti de victorin Hameni Bieleu se dit prête à œuvrer pour une candidature unique de l’opposition face au président Paul Biya. « L’Ufdc est du côté du peuple et va adhérer à l’unicité de l’opposition. Le rôle que nous avons joué en 1992 avec notre leader le Dr Victorin Hameni Bieleu comme porte-parole et directeur de campagne de l’Union pour le changement nous y œuvrons encore, et nous souhaitons que l’opposition mutualise ses forces pour constituer un bloc solide afin d’affronter le Rdpc et renverser le rapport de force », déclare les dirigeants de ce parti. A cet effet, il appelle les citoyens à s’inscrire massivement sur les listes électorales pour « un vote sanction » contre l’exécutif en place.

Bien qu’opposé au régime en place, ce parti soutient  l’unité nationale et dit non à la division et la sécession. « Nous n’allons jamais nous dérober et nous n’allons jamais prêter le flanc un temps soit peu à une déstabilisation de notre pays. Nous sommes formels et nous disons non parce que la paix c’est ce qu’il y a de mieux pour nous et pour tout le monde, et nous ne voulons pas gérer un pays en lambeaux », affirme Me Sylvain Monga,  qui appelle, à un retour au calme dans les zones anglophones.

 Marie Louise SIMO

Auteur:
Marie Louise SIMO
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique