Cameroun - Electrification rurale: Seulement 21,7% de localités couvertes

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Aug-2017 - 15h31   2844                      
0
Ligne de transport de l'Electricité Archives
Ce taux a été révélé par l’Agence de l’électrification rurale (AER), qui présentait ses opportunités de sous-traitance aux Petites et moyennes entreprises (Pme) hier jeudi à Douala

2960 localités sur 13634 sont électrifiées soit un taux de 21,7%. 800.000 ménages (urbains et ruraux confondus) avaient accès à l’électricité sur un total de 4.228.000 en 2012, soit un taux d’accès de 19% sur l’ensemble du territoire. Ce taux n’a pas significativement évolué jusqu'à ce jour. A ce rythme, s’alarme Uriel Ngoula Ewouki, chef service études réseaux, mini-hydro et thermique à l’AER, il faudrait attendre 50 ans voire plus pour une amélioration significative de la situation. De l’avis de ce dernier, les défis de l’accès à l’électrification rurale sont nombreux. L’insuffisance des financements, à laquelle s’ajoute le manque de lisibilité dans la planification des ouvrages et des équipements. La faible capacité des acteurs  en termes de compétences techniques qualifiées, l’inexistence d’une industrie de fabrication des matériels électriques rentrant dans la construction des lignes Moyenne tension et Basse tension constituent aussi un frein.

En effet, constate l’AER, la libéralisation du secteur de l’électricité et l’électrification rurale en particulier n’est pas effective. Plus alarmant, les mesures incitatives de 2011 pour les Energies renouvelables (ENR) restent attendues. Pourtant, le fort potentiel ENR notamment la petite hydraulique dont le potentiel estimé à 1,115 Twh/an et le solaire avec 4Kwh/m²/ jour au Sud et 5,8Kwh/m²/jour au Nord, sont autant d’atouts pour résorber la situation. Or les contraintes de la zone rurale que sont la faible densité des populations, la dispersion de l’habitat, la faiblesse des revenus et l’éloignement du réseau interconnecté, exigent à recourir à de nouvelles sources d’énergie, contrairement au vieux modèle qui continue à privilégier l’électrification par extension des réseaux.

Face à ces différents défis, l’AER veut renverser la situation. Le Fonds d’électrification rurale (FER) qui en est sa caisse ne dispose pas assez de financements. Pour ce faire, un partenariat public-privé est l’une des solutions à la réduction de cette faible couverture des zones rurales. La Bourse de sous-traitance et de partenariat (BSTP) en a donc saisit l’occasion, pour mettre en relation cette agence gouvernementale avec les Petites et moyennes entreprises du secteur électrique, à travers les journées fournisseurs. L’objectif est de permettre aux promoteurs du secteur privé d’accompagner l’Etat en plus de ses partenaires, à réduire ce taux d’électrification par la commande publique et les mesures incitatives plus concrètes.

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique