Cameroun - Émeutes de Bamenda: Les sénateurs et députés du Social Démocratic Front marchent à Bamenda

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Nov-2016 - 05h19   55402                      
24
Mezam SDF Party Bigwigs WMN
Comme les avocats et les enseignants grévistes, ils prônent le retour au fédéralisme.

 

Selon Le Messager du mardi 29 novembre 2016, la session parlementaire en cours dans les deux chambres du parlement se poursuit sans les Députés et Sénateurs du Social Democratic Front (SDF). Ils ont pris le soin de signifier leur absence collective aux dits travaux pendant 72 heures (du 27 au 29 novembre 2016).

Selon le journal, ladite absence avait pour objectif d’effectuer «une descente sur le terrain à Bamenda pour mieux appréhender certains griefs majeurs soulevés par les populations dont nous sommes les légitimes représentants», écrivent-ils. Et c’est pancartes en mains que ces représentants du peuple ont sillonné les artères de la ville de Bamenda, capitale du Nord-Ouest. En outre, la marche a été encadrée par les forces de l’ordre.

Par la suite, les Sénateurs et Députés du SDF prônent le retour au fédéralisme, peut-on lire dans le quotidien. Selon eux, seul ce mode de gestion est capable de résoudre le problème anglophone. Dans la même lancée, ils estiment que le Cameroun devrait être subdivisé en quatre États fédérés notamment le Nord-Ouest et Sud-Ouest; le Littoral et l’Ouest; les Régions septentrionales et le Centre-Sud-Est.

Par ailleurs, les élus de la nation appellent Paul Biya  à prêter une attention particulière aux doléances des avocats et enseignants afin d’apporter une réponse à leurs revendications, à travers l’organisation d’une conférence nationale sur le problème anglophone à la laquelle seront conviés les leaders politiques.

Le président du SDF, John Fru Ndi, après avoir déroulé le film des évènements survenus les 21 et 22 novembre dernier, estime que  le Gouvernement doit retirer ses troupes déployées dans le Nord-Ouest. En plus de cela, qu’une loi soit prescrite pour protéger la culture juridique anglo-saxonne.

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique