Cameroun: En visite au Cameroun, Pascal Siakam, basketteur camerounais et champion de la NBA, boycotte une audience du ministre des sports

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Aug-2019 - 14h26   10810                      
20
Pascal Siakam - 24/06/2019 Capture d'ecran
L’ailier des Raptors de Toronto a manqué son rendez-vous avec Narcisse Mouelle Kombi le 10 août 2019, sans explications.

L’audience a été sollicitée par la Fédération camerounaise de basketball (Fecabasket) en accord avec l’équipe de Pascal Siakam. Elle a été validée par le ministre des sports et de l’éducation physique (Minsep) pour le 10 août à 12 h30 min. Mais Pascal Siakam et Micheal Masai Ujiri, le président de son club de Toronto Raptors, ont séché l’audience accordée par Narcisse Mouelle Kombi, après de longues heures d’attente. Dans sa lettre d’excuses adressée au Minsep samedi soir,  « les collaborateurs de M. Pascal Siakam ont à la dernière minute mis en œuvre un programme ne permettant plus cette rencontre », a écrit la Fecabasket. Qui précise que toutes les diligences administratives ont été accordées à Pascal Siakam et son équipe pour un bon accueil dans son pays.

Notamment l’octroi rapide des visas à  Michael Ujiri Masai et l’ensemble de l’équipe technique et logistique du Camp de Basket-Ball « Giants of Africa », dont Pascal Siakam est le promoteur, la mise à disposition dans de très brefs délais des infrastructures du Palais polyvalent des sports pour l’organisation de son tournoi et l’obtention en urgence auprès de l’aviation civile d’une autorisation de survol et d’atterrissage pour l’aéronef privé du président des Raptors .

Mais qu’est-ce qui peut bien expliquer un revirement de dernière minute de Pascal Siakam ? Aucune excuse ou explication n’a encore été formulée par son équipe. Serait-il interdit de s’afficher avec les autorités camerounaises pour des raisons contractuelles avec son club? Serait-il pris en otage par sa famille ou un groupe de pression ? Ou bien serait-il victime d’une équipe de communication incompétente ? En tout état de cause, la visite de Pascal Siakam au Cameroun est marquée par plusieurs couacs au niveau de son organisation. Arrivé le 2 août dernier à Douala, soit 24 h après la date initiale, c’est dans la discrétion que le « joueur ayant le plus progressé » (MIP) de la NBA, a rejoint les siens. Le programme  de ses activités a une fois été marqué par des contretemps.

D’abord le 06 août à l’orphelinat SOS villages d'enfants Cameroun à Douala, où il a accusé près de quatre heures de retard au programme officiel. Ensuite à la conférence de presse qui s’en est suivie avec plus de trois heures de retard, suscitant le dépit de la presse, à qui il n’a d’ailleurs accordé aucune interview au terme des échanges. Il a certes justifié que son arrivée était strictement privée (visiter la tombe de son père) et qu’il n’avait pas besoin de ce ramdam pour son accueil. Mais sa réponse a refroidit ses fans et la presse qui se sont pourtant mobilisés pour lui  réserver un accueil aussi retentissant que son titre de premier Camerounais champion de la NBA.

Mais en voulant jouer au modeste, l’ailier de 25 ans des Raptors, qui s’est dit ouvert à l’équipe nationale du Cameroun, semble avoir minimisé la résonnance de son sacre dans son pays. Il faudrait bien que Pascal Siakam comprenne que sa victoire ne lui appartient plus. Lui qui a arboré le drapeau de son pays au terme de son sacre le 13 juin 2019 en signe d’amour et d’engagement, devrait avoir de l’égard pour ses autorités. Vivement que ses prochaines visites au Cameroun soient bien organisées pour oublier ces contretemps qui ont écorné son image et qui ne s’accommodent pas à un joueur de haut niveau et de champion qu’il est.

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique