Cameroun - Energie électrique: Les régions du Centre, du Sud et de l’Est sont les plus affectées par les délestages !

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Jun-2020 - 11h27   1196                      
3
Le reseau de transport de l'electricite Archives
L’information est contenue dans une note du concessionnaire ENEO, comptant pour le second semestre de 2019.

Ça peut paraître surréaliste, pourtant les régions du Centre, du Sud et de l’Est sont les plus affectées par les interruptions intempestives de l’énergie électrique au Cameroun. C’est ce qui ressort d’une note d’information du concessionnaire ENEO, comptant pour la deuxième moitié de l’année 2019, indique le trihebdomadaire Essingan paru le 1er juin 2020.

«Dans sa note d’information comptant pour le second semestre 2019, ENEO, le concessionnaire du secteur de l’électricité, révèle que le Grand-Sud (Centre, Sud, Est) concentrent les villes qui subissent le plus de délestages de l’énergie électrique. Dans le top 10 d’ENEO, l’on retrouve six localités du Centre, du Sud et de l’Est. Il s’agit de Minta (Centre), Sangmelima (Sud), Batouri (Est), Obala (Centre), Abong-Mbang (Est) et Akonolinga (Centre)», énumère notre confrère.

Ces localités concentrent des durées d’interruption de l’électricité de 24,80 heures sur un total de 58,26 heures, soit 42,6% des interruptions globales en distribution, précise le journal qui pointe la responsabilité de la SONATREL, la Société Nationale de Transport de l’Electricité.

«De manière générale, indique ENEO, les délais de répartition se rallongent à cause: des difficultés d’accès dans le Centre, la Sanaga-Océan et l’Est; des difficultés d’approvisionnement en poteaux bois; des difficultés de disposer de devises pour payer les fournisseurs à l’étranger», lit-on.

«La difficile situation financière que traverse l’entreprise impacte sérieusement la dynamique des dépannages. Les durées et fréquences d’interruption, ainsi que le nombre des localités sans électricité pourraient augmentées», prévient ENEO.

ENEO dit attendre l’approbation des pouvoirs publics pour exploiter les forêts de l’Ouest. «Car pour l’électricien, c’est la principale porte de sortie de la crise actuelle de rareté des poteaux bois», relaie le journal.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique