Cameroun - Ennuis judiciaires: Éric Kouatchou, le correspondant de Canal 2 à Paris, interpellé à Douala au sujet de la conversation entre Emmanuel Macron et l’activiste Calibri Calibro

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-Apr-2020 - 09h39   26448                      
123
Éric Golf Kouatchou archives
Il serait soupçonné d’avoir donné son badge à l’activiste; lequel document aurait permis à Calibri Calibro d’accéder au Salon de l’Agriculture où se trouvait le Président français.

Cameroon-Info.Net a appris l’interpellation à Douala du journaliste Éric Golf Kouatchou, correspondant de la chaîne de télévision privée, Canal 2 Internationale à Paris et en service à la chaîne française d’information en continu, CNEWS, par les services de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), une unité spéciale de la police camerounaise.

Notre confrère qui vit en France, séjourne en effet au Cameroun depuis le 17 mars 2020.

Selon nos informations, son interpellation est relative à la conversation improvisée entre le Président français, Emmanuel Macron et l’activiste camerounais Calibri Calibro, Abdoulaye Thiam de son vrai nom, le 22 février 2020 au Salon de l’Agriculture de Paris.

«Je crois que pour l’instant, il n’y a pas encore matière à s’inquiéter. Il est juste en exploitation. C’est la raison pour laquelle jusqu’ici, son véritable employeur, CNEWS, ne s’est pas encore prononcé. Je pense qu'on ne devrait pas s'inquiéter», a soufflé à notre rédaction, une source proche du dossier.

Les enquêteurs cherchent à savoir s’il existe un lien entre Éric Kouatchou et la présence de Calibri Calibro au fameux salon de l’agriculture.

Des sources non autorisées soutiennent que le journaliste aurait donné son badge d’accès à l’activiste, lui permettant ainsi d’être présent à cet évènement et d’approcher de près, le numéro 1 français.

Des accusations, indique notre source, que notre confrère rejettent en bloc. «Il se demande comment il aurait pu donner son badge à quelqu’un d’autre alors que lui-même était présent au salon de l’agriculture», glisse notre informateur.

Les enquêtes de la DST permettront de faire toute la lumière autour de cette affaire.

Pour mémoire, alors que M. Macron était en visite au Salon de l’Agriculture de Paris le 22 février dernier, il avait été interpellé par Abdoulaye Thiam qui accusait le Président Paul Biya et son gouvernement de commettre un génocide au Cameroun, notamment en zone anglophone. Répondant qu’il était au courant, le Chef de l’Etat français avait alors promis de faire pression sur son homologue camerounais afin que cessent les exactions alléguées.

Cette conversation avait provoqué l’ire des autorités de Yaoundé, lesquelles ont soit initié, soit soutenu des manifestations anti-françaises les jours qui ont suivi, non sans avoir exprimé leur surprise face à l’attitude du Président français.

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique