Cameroun - Enseignement Supérieur: Ce qui bloque l’ouverture de la Faculté de médecine à l’université de Dschang

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Apr-2017 - 16h20   9464                      
5
Universite de Dschang Archives
Au cours d’une séance de travail dans le chef-lieu du département de la Menoua, le gouverneur de l’Ouest, Awa Fonka Augustine a indiqué que le ministre de l’Enseignement Supérieur est opposé à l’idée de la création d’une autre école de formation des médecins et pharmaciens en dehors de l’Université des montagnes.

L’université de Dschang doit-il mettre une croix sur de la création d’une Faculté de médecine ? Il y a en effet très peu de raisons d’espérer après la récente sortie du patron de la région de l’Ouest. Awa Fonka Augustine  a tenu le 4 avril 2017, une séance de travail avec les populations du chef-lieu du département de la Menoua.

L’occasion pour l’autorité administrative, indique La Nouvelle Expression (LNE) du 18 avril 2017, de faire sur les blocages qui entourent la mise sur pied d’une Faculté de médecine à l’université de Dschang. Il a dit avoir transmis, il y a quelques années, au Ministre de l’Enseignement Supérieur, les doléances des députés et sénateurs dans ce sens. Immédiatement, Jacques Fame Ndongo a répondu.

« Il m’a répondu il me disant qu’il a pris note et que moi gouverneur, je dois tenir informés les responsables politiques, les parlementaires de ce qu’il se trouve déjà dans la région de l’Ouest et précisément à l’université des Montagnes, une faculté de médecine ainsi qu’une faculté de pharmacie qui continuent de former les responsables de ces filières pour le compte de l’Etat », a affirmé le gouverneur Awa Fonka.

Cela signifie en d’autres termes, souligne LNE qu’«au MINSUP, le dossier de la faculté de médecine et de pharmacie à l’université de Dschang promise par le Chef de l’Etat lors de son adresse à la jeunesse le 10 février 2008, se trouve déjà à la poubelle ».

Une situation qui met en rogne la sénateur SDF, Etienne Sonkin. Ce dernier soutient que « nombre de facultés de médecine déjà existantes ont bel et bien été créées dans des villes où ils existaient déjà des établissements privés de formation médico-sanitaire ».

 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique