Cameroun – Ethique et discipline : La SONACAM va infliger « des sanctions extrêmement lourdes » à Longue Longue, Petit-Pays et Jean-Pierre Essome

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Nov-2021 - 11h40   12406                      
4
Logo SONACAM facebook
Le comité d’éthique, de discipline et d’arbitrage vient de tenir à Yaoundé une session consacrée à l’étude des cas de ces artistes.

La   SONACAM (Société Nationale Camerounaise de l’Art Musical) annonce une action de répression contre des artistes  qui ont affiché un comportement répréhensible  ces derniers temps.  Son comité d’éthique, de discipline  et d’arbitrage s’est réuni cette semaine à Yaoundé  sous la direction de sa présidente Dinaly  Marthe Ngo Mouaha  épouse Dikongo. Les membres se sont intéressés aux actes   d’indiscipline commis par des artistes bien connus et à la réputation établie.  

« Notre objectif est de sensibiliser et de ramener les artistes à l’ordre. Nous avons deux cas très difficiles. Le cas Longue Longue contre Petit-Pays. Les insultes sont juste insoutenables à écouter. Nous avons aussi le cas de Jean-Pierre Essome qui est suffisamment grave. Les sessions qui vont arriver ont être des sessions difficiles. Parce que ça reste quand même de  grandes figures de la musique camerounaise. Ce n’est pas quand même ce genre d’attitude que ce genre d’artistes doit avoir. Ce doit être des modèles pour nos jeunes artistes et pour la musique camerounaise en général. Ça va être forcément des sanctions extrêmement lourdes », a expliqué Dinaly  Marthe Ngo Mouaha  épouse Dikongo  dans un élément diffusé au journal de 20h30 de la CRTV-Télé le 11 Novembre 2021.

Le comité d’éthique, de discipline  et d’arbitrage de la SONACAM a engagé un combat contre les chansons obscènes  et les comportements indécents qu'affichent certains artistes sur lesréseaux sociaux. L’objectif étant d’assainir un secteur qui s'enfonce un peu plus dans les abimes de l'indécence morale.  «Les sanctions peuvent aller jusqu'à  l'éradication complète  de l'artiste de la SONACAM. C'est-à-dire  que vous perdez tous vos droits. Ça va de 50 000 à 1 million de FCFA d'amende. On se réserve également le droit de vous poursuivre en justice», assurait Dinaly.en Juillet dernier.

Les premières sanctions sont tombées en Septembre. Les artistes Ledoux Marcellin  et Djene Djento ont  été punis. Djène Djento a vu ses droits d’auteurs et son titre de président du comité adhoc de la lutte contre la piraterie dans la région du Littoral être suspendus pour un an. ll était accusé d’injures graves et dénigrement contre  la nommée Brigitte Fomendji. Il a en outre refusé de répondre à trois convocations du comité d’éthique. Ledoux Marcelin pour sa part est frappé , d’exclusion de la SONACAM et a perdu  ses droits d’auteurs pour une durée de trois ans. Il a été rétrogradé  au statut de stagiaire. L’on lui reprochait des actes de  diffamation et  des injures à l’endroit du Président du Conseil d’Administration de la SONACAM, Ateh Bazore.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique