Cameroun - Exploitation minière: Une étude scientifique révèle que les localités de Betare Oya et de Kambele à l'Est du pays connaissent une pollution par des métaux lourds

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 06-Aug-2018 - 16h21   4717                      
1
Des mineurs sur un site d'exploitation d'or à Bétaré Oya, dans l'est du Cameroun, le 4 avril 2018 AFP/Reinnier KAZE
Les résultats de l'étude relative à la surveillance de la radioactivité environnementale des zones minières et à fort potentiel minier dans certaines régions du Cameroun rendus publics vendredi dernier à Yaoundé donnent froid dans le dos.

Les résultats de cette étude menée par le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation à travers l'Institut de recherche géologique et minière (IRGM) ont été restitués vendredi dernier au gouvernement sous la supervision du ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Ernest Gwaboubou qui était accompagné pour la circonstance de son homologue de la Santé publique, André Mama Fouda ainsi que des experts du domaine.

Ils indiquent notamment que les localités de Betare Oya et de Kambele à l'Est du pays connaissent une pollution par des métaux lourds tels que l'arsenic, le plomb, des substances radioactives, le mercure. «Ceci est dû à l'exploitation exagérée et illégale de l'or, de la bauxite, de l’uranium dans ces localités ; qui a engendré une destruction de l'environnement avec la déviation des cours d'eau et la création de lacs artificiels», commente Cameroon Tribune du lundi 6 Août 2018.

Toujours selon le journal, l’on observe aussi des conséquences importantes sur le plan humain. Notamment des pertes en vies humaines du fait des éboulements, de noyade et la perte d’espaces exploitables à des fins agricoles ou pastorales ainsi que des contaminations suite à la consommation d’aliments souillés.

Selon le Minmidt, il y existe des zones où le niveau d'exposition radiologique du public est bien supérieur à la moyenne mondiale. Pour ce qui est de la mesure des polluants dans l'air, du fait de l'activité industrielle et automobile, il en ressort une présence des polluants à effet cancérigène aussi à Yaoundé.

Parmi les solutions préconisées de ce rapport, les experts de l’IRGM proposent la mise place dans l’urgence d'un plan national Radon au Cameroun pour prévenir le risque de développement du cancer radio-induit du poumon, suite à l'inhalation de ces gaz radioactifs.

Ils soulignent également la nécessité de financer les activités de terrain et d'analyse. Autres solutions recommandées : l'extension de l'étude à tous les sites aurifères de la région de l'Est ainsi que la réalisation d'une cartographie radiologique du Cameroun à court terme et l'extension de la mesure des polluants atmosphériques dans l'air aux milieux urbains.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique