Cameroun - Extrême-Nord: La situation humanitaire se dégrade, des ONG internationales lancent l’alerte

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Sep-2020 - 10h08   1590                      
2
Le Programme alimentaire mondial intervient dans la Région de l'Extrême-Nord Archives
Huit Organisations non gouvernementales plaident pour une intensification de l’aide humanitaire dans la région, en proie à des crises multiformes.

La situation humanitaire se détériore dans la région de l’Extrême-Nord, en proie à des crises multiformes. Déjà lacérée par les attaques de la secte terroriste Boko Haram, la région est confrontée depuis quelques semaines à de graves inondations, non sans oublier la pandémie de Coronavirus. Cette conjugaison de crises plonge les populations victimes dans une extrême vulnérabilité, alors que les besoins d’aide humanitaire sont sans cesse croissants. Cette situation préoccupe des ONG internationales actives dans la région. Elles ont décidé de lancer l’alerte à travers un communiqué conjoint rendu public le 24 septembre 2020, et dans lequel elles appellent à une intensification de la réponse humanitaire.

En effet, entre le 1er août et le 14 septembre 2020, trois attentats suicides ont été perpétrés dans des camps de réfugiés et des localités accueillant des personnes déplacées à l'intérieur du pays. Trente civils ont été tués et plus de quarante blessés.

«Les survivants de ces attaques sont contraints de fuir, laissant tout ce qu’ils possèdent derrière eux, pour sauver leur vie. Souvent, ils n'ont pas d'endroit où dormir et quasi aucun accès à l’eau et aux soins», rapporte Fabienne Mially de l’ONG Première Urgence Internationale, qui mène par ailleurs le Mécanisme de Réponse Rapide dans cette région. «Il est inacceptable que des populations passées par de telles violences et un tel désespoir ne reçoivent pas le soutien dont elles ont besoin», vitupère-t-elle.

Les attaques de Boko Haram à l’Extrême-Nord ont entrainé à ce jour le déplacement forcé de 321 886 personnes à l’intérieur du pays, et  de 115 000 réfugiés nigérians. Plus de 30 000 personnes ont perdu la vie à la suite des violences, selon un rapport publié cette année par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique