Cameroun - Extrême-Nord: Le taux de planification familiale est de 3%, le plus bas du pays

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Jul-2017 - 13h14   3033                      
0
Habitants d'un village à l'Extrême-Nord du Cameroun Archives
Pourtant d'après l'UNFPA, 51 645 grossesses non planifiées, plus de 17 000 avortements clandestins et 196 décès maternels ont pu être évités grace à ce service l'année dernière.

Selon le trihebdomadaire L'OEIL du Sahel du vendredi 14 juillet 2017, le taux de planification familiale à l'Extrême-nord est de 3% seulement, certainement le plus bas du pays. D'après une enquête menée par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), 17% des femmes en âge de procréer ont des besoins non satisfaits en planification familiale au Cameroun.

Pourtant, "lorsque les femmes et les jeunes filles ont l'accès à la planification familiale, elles peuvent achever leur scolarité, créer et saisir de meilleurs opportunités économiques et par cpnséquent réaliser leur potentiel", soutient Barbara Sow, Représentante UNFPA Cameroun.

D'après les informations de cet organisme onusien, en 2016 le Cameroun a pourtant pu éviter 51 645  grossesses non planifiées, plus de 17 000 avortements clandestins et 196 décès maternels, ceci grâce à l'offre de service de planification familiale. En effet, dans le cas spécifique de la région de l'Extrême-nord, c'est une stratégie de réduction de la mortalité infantile, qui fait tout de même face à de nombreuses difficultés. "Les difficultés sont nombreuses. Déjà la région est assez vaste, fortement peuplée et essentiellement jeune. Je dois avouer qu'il y a une forte contrainte sur le plan sécuritaire pour avoir accès à certains sites. Ceci limite vraiment l'impact de nos interventions", explique Jean Alain Mah, Chef du sous-bureau UNFPA à Maroua.

Pour mémoire, le Cameroun s'est engagé en 2014 dans l'initiative Family Planning 2020. L'objectif étant l'accroissement de sa prévalence contraceptive de 16,1% à 30% d'une part, mais également la réduction des besoins non satisfaits de 17 à 10% d'ici une dizaine d'années. Ce qui permettra à plus de femmes de décider librement si et quand avoir des enfants, peut-on lire dans le journal. Par conséquent,"il est essentiel de poursuivre l'élan acquis pour garantir la planification familiale pour toutes les Femmes, dans les dix régions du pays", exhorte la Représentante UNFPA Cameroun.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 contact@cameroon-info.net
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique