Cameroun - Faillite bancaire: Pierre Numkam, auditeur bancaire, propose le «cadre amiable» comme solution à la relance économique

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 29-May-2020 - 10h20   1721                      
1
Pierre Numkam, Ancien Cadre Supérieur de la BEAC via Facebook profile
Il appelle les pouvoirs publics, les opérateurs économiques et les banques à se mettre sur une même table pour trouver des solutions à l’économie sinistrée par la Covid-19.

Comment redresser une économie dévastée par le coronavirus ? La question préoccupe le président de la Mutuelle interafricaine des consommateurs des biens et services (Miacbis). Face à la presse le 26 mai 2020 à Douala, Pierre Numkam a regretté que la crise sanitaire pâtisse lourdement sur l’économie au point où la confiance entre banques et clients soit mise à rude épreuve. Certains clients étant dans l’incapacité de rembourser leurs crédits, pendant que d’autres sont en faillite.

Face à ce drame économique, Pierre Numkam pense  avoir trouvé la solution par la mise en application du «cadre amiable», institué par ordonnance le 27 avril 1990 par le chef de l’Etat, Paul Biya. «Autour d’une même table de travail, on doit retrouver en premier lieu l’épargnant, qui doit s’assurer que l’épargne qu’il confie en dépôts aux banques a été sereinement utilisée pour l’entreprise qui travaille dans des conditions idoines pour rembourser», suggère l’ancien cadre supérieur à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac).

S’il se réjouit que la dévaluation ne soit plus à l’ordre du jour, selon la Beac, qui dit avoir reconstitué ses réserves de devises à plus de 5000 milliards de FCFA, l’auditeur bancaire regrette cependant que ce soit au prix des entreprises qui importaient et qui, par la crise du coronavirus, sont confinées. Pour ce dernier, il faut repenser autrement car rien ne sera plus comme avant.

Les entreprises qui importaient hier, a-t-il indiqué, doivent chercher les activités internes pour rembourser les crédits. Cela, poursuit-il, implique qu’il y ait un dialogue social dans le cadre amiable, afin que toutes les parties prenantes se mettent ensemble pour laisser le temps et se relancer à l’intérieur pour travailler et rembourser les crédits.

Ce nouvel écosystème social et financier pourrait générer 5000 emplois, a indiqué Pierre Numkam. Il en a profité pour lancer une campagne nationale d’information et de formation à la pratique de l’audit bancaire dans les entreprises en difficultés pour capaciter leurs managers. Un appel est ainsi lancé aux banques et épargnants floués, ainsi qu’au ministère des Finances pour trouver des solutions consensuelles pour le redécollage de l’économie nationale.

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique