Cameroun - FECAFOOT: Comment la FIFA menace le Cameroun et impose la modification de la Loi des sports

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Jun-2018 - 11h43   3061                      
0
Le siège de la FIFA FIFA
La FIFA a adressé une correspondance à la FECAFOOT dans ce sens le 20 juin 2018.

Le gouvernement vient de déposer à l’Assemblée Nationale, un Projet de loi relatif à l’organisation et la promotion des activités physiques et sportives. Le texte d’une trentaine de pages sera défendu dès ce 27 juin 2018 par Bidoung Mkpatt, le ministre des Sports et de l’Education Physique.

A en croire des sources bien informées, cette modification aussi subite qu’inattendue de la Loi des sports de 2011, a été provoquée par la FIFA. C’est que l’instance mondiale du football a envoyé une correspondance à la FECAFOOT en date du 20 juin 2018.

Dans ce document publié dans les colonnes de Le Jour de ce 27 juin, l’institution que dirige Gianni Infantino impose conditionne la tenue des élections à la FECAFOOT à la modification préalable de la Loi des sports au Cameroun.

« Nous constatons qu’à l’heure actuelle, la Loi 2011/018 n’a pas encore été révisée. Pourtant, et comme prévu dans la décision du Bureau du Conseil mentionnée ci-dessus (du 16 mars 2018, ndlr) une révision de la loi s’impose impérativement avant l’adoption des nouveaux Statuts de la FECAFOOT », note la FIFA avant de poursuivre : « Dès lors, nous vous encourageons à surseoir à la tenue de l’assemblée générale extraordinaire du 23 juin 2018 pour l’adoption des nouveaux Statuts de la FECAFOOT jusqu’à ce que la loi 2011/018 soit révisée et promulguée. Il serait à ce sujet utile de prendre langue avec les autorités camerounaise afin d’obtenir confirmation que la loi sera votée lors de la session parlementaire en cours », lit-on.

Voilà donc qui conforte le communiqué du Secrétaire de la FECAFOOT, signé le 20 juin 2018. Martin Etongue annonçait en effet le report l’Assemblée générale extraordinaire adoptive des Statuts et du Code électoral de la FECAFOOT programmée le 23 juin dernier. « Le Comité de normalisation de la FECAFOOT a été invité par la FIFA à attendre la fin de la session parlementaire en cours avant de fixer la nouvelle date de ladite Assemblée générale », expliquait-il alors.

Dans sa correspondance, la FIFA fait savoir qu’«afin de permettre à la FECAFOOT de remplir ses obligations en conformité avec les statuts de la Fifa, la Loi 2011/018 devrait donc, à notre avis, être amendée de sorte qu’un litige peut être soumis à la CCA/CNOSC qu’avec le consentement de toutes les parties. En l’absence d’un tel consentement, un recours éventuel pourrait uniquement être soumis au Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne, Suisse. Nous nous attendons à ce que les incompatibilités de la loi soient surmontées le plus vite possible, c’est-à-dire pendant la session parlementaire en cours (…) Une fois que la loi sera révisée et promulguée, l’assemblée générale extraordinaire pourra et devra passer à l’adoption des nouveaux statuts de la FECAFOOT suivie par la tenue des élections ».

La FIFA ne s’arrête pas à ce niveau. Elle se montre même menaçante. « Au cas où la loi ne serait pas amendée de façon à corriger les incompatibilités avec les obligations de la FECAFOOT en tant que membre de la Fifa d’ici la fin de la session parlementaire en cours, nous entendons soumettre le cas au Bureau du Conseil de la FIFA pour suite à donner en conformité avec les Statuts de la FIFA », indique l’instance.

En introduisant donc le Projet de Loi portant modification de la Loi des Sports de 2011, tout porte à croire que le gouvernement a cédé au chantage  de la FIFA.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique