Cameroun - Fonds Spécial de relance économique post-Covid-19: Le ministre Achille Bassilekin III va distribuer deux milliards de FCFA aux acteurs des petites et moyennes entreprises

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 06-Oct-2020 - 16h50   3046                      
1
Achille Bassilekin III Alain Ghislain Kanga
L’annonce a été faite lors d’un point de presse que le ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat a donné le 5 octobre 2020.

Lors d’un point de presse qu’il a présidé le 5 octobre 2020, le ministre des Petites et Moyennes Entreprises (MINPMEESA), Achille Bassilekin III, a annoncé la distribution de deux milliards de FCFA aux acteurs de ce secteur d’activité dans les dix régions du pays. Ce sera «d’ici quelques semaines», affirme le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 6 octobre 2020. C’est une enveloppe de l’opération Fonds Spécial de relance économique post-Covid-19.

D’après le ministre, «ces ressources financières sont destinées au financement de deux activités: des appuis directs aux PME à fort potentiel sinistrées (1,5 milliard de FCFA) et des appuis aux artisans, acteurs des sociétés coopératives fabriquant des masques artisanaux et des gels hydro-alcooliques, OES pour une somme de 500 millions de FCFA», peut-on lire.

Notre confrère précise aussi que pour être éligible à ce don, «il faut être une entreprise camerounaise justifiant d’une existence légale et affiliée à une instance faîtière; opérer dans les secteurs ayant fortement été impactés par la pandémie du nouveau Coronavirus, notamment la transformation des produits locaux, l’économie numérique, la production des supports numériques et des supports événementiels, entre autres; l’entreprise devrait être en activité effective et continue depuis au moins le début de l’exercice 2019 et avoir été enregistrée. Quant aux artisans et entreprises artisanales, il faut être Camerounais ou être une entreprise artisanale camerounaise, être enregistré dans un bureau communal de l’artisanat depuis au moins trois ans, appartenir à la filière textile ou cosmétique. L’artisan devra également être à jour de ses contributions fiscales et justifier d’une affiliation à la CNPS. Œuvrer notamment dans la fabrication des masques ou des gels hydro-alcooliques, entre autres. Ces conditions sont aussi valables pour les organisations de l’économie sociale», lit-on.

Les candidats devront monter des dossiers en bonne et due forme. Ensuite, ce sera le processus de sélection des soumissionnaires et du suivi-évaluation de la destination des appuis financiers octroyés. Les dossiers sélectionnés seront enfin transmis au ministère des Finances pour le payement.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique