Cameroun - Football/Coupe du monde 2018: Lions Indomptables, les causes d''une élimination programmée

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Nov-2017 - 12h28   3739                      
4
Les Lions Indomptables Archives
Niveau approximatif des joueurs, mauvais choix du sélectionneur, environnement délétère etc. le Cameroun semblait programmé pour être éliminé.

On le savait depuis la double confrontation ratée avec le Nigeria. Le Cameroun ne participera pas à la coupe du monde 2018 en Russie. Les éliminatoires se sont achevées le week-end dernier et les Lions Indomptables ont échoué à une bien triste 3è place de la poule B, derrière le Nigeria (qualifié) et la Zambie, mais devant l’Algérie.

Comme un symbole, les champions d’Afrique ont livré une copie pâle le 11 novembre 2017, à l’occasion de l’ultime journée des qualifications qui les opposaient aux Chipolopolo de Zambie, au stade Levy Mwanawasa de Ndola. Malmenés par les zambiens tout au long du match, les hommes de Hugo Broos ont arraché le nul (2-2) en toute fin de partie.

Attaque muette

A chaque fois menés au score après des buts de Daka (26è) et Mwila (69è), Vincent Aboubakar, le capitaine du jour et ses coéquipiers sont revenus grâce à des réalisations du milieu de terrain André Zambo Anguissa (30è) et du défenseur Yaya Banana (90è). Un match qui a une fois de plus révélé les carences offensives du Cameroun. Seulement 5 tirs pour les camerounais contre 13 tentatives côté zambiens.

Les Lions Indomptables ont fait preuve en effet d’une inefficacité offensive criarde tout au long de la campagne. Les chiffres en sont le reflet : 6 matchs, 5 buts inscrits, 7 concédés. Quatre joueurs seulement ont trouvé le chemin des filets. Benjamin Moukandjo, Vincent Aboubakar (2 buts), Zambo Anguissa et Yana Banana.  

Défense hésitante

Difficile donc de se qualifier en marquant très, mais surtout en concédant des buts à chaque fois. Malgré un Fabrice Ondoa presque irréprochable devant sa cage, le Cameroun a toujours encaissé au moins un but à tous les matchs, exception faite de la victoire sur l’Algérie (2-0) en septembre dernier.  

Des approximations défensives mises à nue lors de la double confrontation avec le Nigeria. Humiliés à Uyo (4-0), le Cameroun n’a pu faire mieux qu’un match nul à Yaoundé (1-1). La paire Michael Ngadeu-Adolphe Teikeu, présentée à l’issue de la CAN comme l’une des meilleures d’Afrique, a démontré des limites.

Choix critiquables  

Sur le côté gauche de la défense, le sélectionneur a eu du mal à trouver un remplaçant à Ambroise Oyongo, blessé en mai 2017. A défaut d’essayer un Jonathan Ngwem non compétitif, Broos s’est résolu à aligner le droitier Faï Collins à gauche. D’habitude très offensif, le défenseur du Standard de Liège n’a pas pu se montrer dangereux.

L’entraîneur principal de l’équipe du Cameroun a par ailleurs multiplié les chamboulements. Dans l’axe de la défense, c’est la paire Nicolas Nkoulou-Aurélien Chedjou qui avait débuté les éliminatoires. Hugo Broos va ensuite évoluer avec Ngadeu et Teikeu avant d’aligner Ngadeu et Yaya Banana au dernier match.

De même, plusieurs joueurs ont fait leur apparition sans justification et sont repartis de la même manière. Parmi eux, Anatole Abang, Robert Ndip Tambe, Jonathan Ngwem. Il faut ajouter à cela la mise à l’écart des anciens : Stéphane Mbia, Aurélien Chedjou, Henri Bedimo, Edgar Salli.

Ambiance délétère

S’il est difficile de dire que la mise sur pied d’un nouveau Comité de normalisation à la FECAFOOT a affecté l’équipe nationale, il est par contre certain que les querelles internes entre joueurs et leur entraîneur ont eu raison de la sérénité du groupe vainqueur de la CAN il y a juste 10 mois.

Après la coupe des confédérations complètement ratée, Hugo Broos avait lui-même reconnu que l’ambiance n’était pas bonne dans son équipe pendant la compétition. Il avait notamment couvert d’opprobre Olivier Boumal, présenté comme un joueur indiscipliné. Ce dernier ne sera plus jamais convoqué. Idem pour le gardien de l’Ajax, André Onana qui a décidé de mettre sa carrière internationale entre parenthèses.

Maxime Choupo Moting (11 matchs, 2 buts, 3 passes décisives en Premier League), lui avait décidé de revenir après la CAN et la coupe des confédérations. Mais l’attaquant de Stoke City prendra lui aussi la décision de « boycotter » les Lions Indomptables. Dans la même veine, Karl Toko (11 matchs, 5 buts, 3 passes décisives avec Angers) est «écarté » à la suite d’une brouille avec son sélectionneur.

La liste est loin d’être exhaustive. Il y a également eu le « Bruxelles Gates » et les déclarations hallucinantes de Broos contre ses propres joueurs. Beaucoup trop donc pour espérer une 8è qualification en coupe du monde. Une page noire que le Cameroun, pays hôte de la CAN 2019, doit rapidement tourner si les Lions Indomptables veulent se maintenir sur le toit de l’Afrique.

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique