Cameroun - Gestion du droit d’auteur de l’art musical: Un mouvement d’artistes présente ses propositions au ministre des Arts et de la Culture

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Oct-2020 - 08h15   4690                      
0
Artistes archives
The Music Club a été reçu à cet effet, par Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre des Arts et de la Culture.

Chaque ministre qui est nommé à la tête du département ministériel en charge des Arts et de la Culture, sait qu’il sera inévitablement confronté au sempiternel problème des droits d’auteurs. Tout comme ses prédécesseurs, Narcisse Mouelle Kombi, qui est maintenant le patron du sport camerounais, est parti en 2018, sans pouvoir apporter des solutions concrètes aux nombreuses guéguerres d’artistes qui gangrènent la gestion de ce secteur. Depuis deux ans, c’est l’ère Ismaël Bidoung Mpkatt et malheureusement c'est toujours la même rengaine. Les différents acteurs des organismes de gestion collective s’affrontent et se défient, sous le regard impuissant de la tutelle qui multiplie des rappels à l’ordre.

Le dernier en date est celui du 9 septembre 2020. Lors d’une audience accordée à une délégation de la Société nationale  camerounaise de l’art musical, le membre du gouvernement a ordonné  l’audit des comptes et la réforme interne de ladite société, ainsi que la convocation d’une assemblée générale extraordinaire. Des décisions qu’approuvent entièrement le mouvement d’artistes The Music Club, qui est convaincu que ce n’est que par cette méthode que force reviendra à l’orthodoxie. D’ailleurs, une délégation dudit mouvement, conduite par son président du conseil d’administration, Josué Essoh Mbella, est allée à la rencontre du MINAC, pour lui faire des propositions supplémentaires pour la bonne marche de la gestion collective du droit d’auteur au Cameroun.

«De nombreux goulots d’étranglement plombent la gestion collective. Du point de vue conjoncturel, il y a l’insuffisance des ressources culturelles au démarrage des OGC (organisme de gestion collective) de manière à leur permettre un déploiement progressif sur le terrain. On note également l’insuffisance des ressources financières compétentes devant permettre aux OGC de mener à bien leurs missions. Comme esquisses de solutions nous proposons: la mise à niveau et le renforcement des acteurs concernés à travers les plateformes appropriées (séminaires, formations et stages), la structuration normative des OGC, le respect strict des procédures administratives et financières comptables et techniques tant dans la constitution des ressources humaines que dans le fonctionnement des différents organes de société ; le respect strict des roles dévolus dans les différentes fonctions échues aux OGC, surtout celles dévolues au DG qui doit assumer seul la gestion au quotidien sans interférence du Conseil d’administration et sur la base d’un contrat de performance», a confié Josué Essoh Mbella à nos confrères de  Cameroon Tribune.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique