Cameroun - Grands projets: Un an après la fin des travaux, le barrage hydroélectrique de Mekin n’est pas toujours en service

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Apr-2019 - 13h59   1734                      
1
Barrage hydroélectrique de Mekin archives
A l’origine de cette situation, des défaillances constatées dans la construction de l’infrastructure.

En visite le 15 avril 2019 sur le site du barrage hydroélectrique de Mekin, dans le département du Dja et Lobo (région du Sud), le ministre de l’Eau et de l’Energie (MINEE), Gaston Eloundou Essomba, a donné un mois aux acteurs concernés pour la mise en service effective de cette infrastructure. Un an après la fin des travaux, cet ouvrage d’une capacité de 15 mégawatts, attend toujours sa mise en service.

En traitant de cette actualité, le quotidien Mutations en kiosque ce 17 avril 2019 rapporte qu’«à ENEO (entreprise de production et de commercialisation de l’énergie électrique), le ministre a donné l’instruction d’achever le remplacement de 950 poteaux électriques afin de faciliter le transport de l’énergie. L’entreprise qui a expliqué au MINEE que 60% des poteaux ont déjà été remplacés, doit par la même occasion, nettoyer les lignes de transport».

A la China National Electric Engineering Corporation, l’entreprise qui réalise ce projet, dont la phase technique est pilotée par Mekin Hydroelectric Development Corporation (HYDRO-Mekin), le MINEE a exigé de réparer la turbine numéro 2, actuellement défectueuse.

Ce sont d’ailleurs ces défaillances qui sont à l’origine du retard à l’allumage du barrage.  «Lors de sa première mise en service en 2016, il avait été clairement constaté que la turbine numéro 2 était défectueuse et qu’il fallait la remplacer. De même, il fallait refaire une étude d’impact du périmètre du projet et repenser l’intégration de l’énergie produite à Mekin dans le Réseau Interconnecté du Sud (RIS)», note le journal.

Par ailleurs, sur le plan environnemental, ajoute Mutations, «le barrage a, du 22 au 25 janvier dernier, alimenté les arrondissements de Meyomessala et de Sangmelima, dans la région du Sud, avant la survenue d’un incendie au poste de Njom-Yekombo. Il ressort que deux ponts et deux villages (Awo’on et Nyabizou) sont noyés alors que le site de recasement des populations n’est pas accessible».

Des problèmes qui doivent, a recommandé le MINEE, être résolus avant le 15 mai 2019 pour que ce projet de 25 milliards de FCFA bénéficie aux populations de la région natale du Chef de l’Etat.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique