Cameroun - Infrastructures routières: 1,7 milliard de FCFA pour la réfection de l’axe Yaoundé-Douala

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Oct-2020 - 09h53   5199                      
6
Route nationale N°3 Archives
Les travaux en cours de réalisation consiste à boucher les nids de poule, à marquer la signalisation, à construire des équipements de sécurité et à débroussailler les abords de la route nationale N°3.

Un budget d’un peu plus de 1,7 milliard de FCFA a été mis à disposition pour refaire les travaux d’entretien sur l’axe Yaoundé-Douala. La réalisation desdits travaux qui a cours en ce moment consiste à boucher les nids de poule, à marquer la signalisation, à construire les équipements de sécurité et à débroussailler les abords de la route, renseigne le quotidien Le Jour dans sa parution de ce mercredi 28 octobre 2020. 

Dans la répartition des tâches, le marché de la signalisation, de la construction des équipements de sécurité de Yaoundé à Douala sur un linéaire de 214km, a été confié à l’entreprise privée BAO Sarl d’une part, et le coût de ces travaux s’élève à 1 milliard 564 millions 534 mille 938 FCFA.

D’après nos confrères, les travaux déjà exécutés sont les suivants: les lignes axiales continues, les lignes axiales discontinues, les lignes axiales blanches longitudinales, les glissières de sécurité en béton armé ainsi que les plots retro réfléchissant en verre sur chaussée.

D’autre part, les travaux de colmatage des nids de poule entre Yaoundé et le pont Ndoupe, est réalisé en régie par la Brigade nationale des travaux, logée au ministère des Travaux Publics. L’enveloppe due à ce marché s’élève à 154 millions 790 mille 412 FCFA HT.

«Les travaux en cours sur l’axe, partant d’Ahala (Yaoundé) jusqu’au pont de la Ndoupe, sont rendus à un taux d’exécution de 42,22% pour une consommation des délais de 31,33%», a confié Michel Ngakam, le chef de la Brigade nationale des travaux en régie, dans des propos relayés par Le Jour.

Il faut préciser que la nationale N°3 est une vieille infrastructure, réalisée entre 1982 et 1986, qui s’est fortement dégradée à l’usure du temps et est d’ailleurs considérée comme l’une des routes les plus mortifères du pays. D’après le journal de Haman Mana, on y dénombre «401 trous sur 106 km, entre Yaoundé et le pont sur la rivière Ndoupe», ce qui n’est qu’une partie visible de l’iceberg, alors que le tronçon s’étale sur 308 km jusqu’à Idenau dans la région du Sud-Ouest.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique