Cameroun – Initiative: Le parti FDC crée le « Collectif des personnes licenciées illégalement dans les entreprises par les directeurs généraux et adjoints hors-la-loi »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Sep-2021 - 19h44   1443                      
0
Denis Emilien Atangana, président du FDC Yannick Kenné
Cette formation politique entend faire annuler par les tribunaux administratifs tous les actes pris par les sociétés qu’ils considèrent comme clandestins.

Denis Emilien Atangana et son parti le FDC (Front Démocrates Camerounais) usent de tous les moyens pour faire la peau aux patrons des entreprises publiques qui ont dépassé le temps de leur mandat à la tête des structures qu’ils dirigent. Après avoir obtenu du conseil constitutionnel qu’il se penche sur leur cas, ce parti veut les mettre en difficulté d’une autre manière. Il a annoncé ce 2 Septembre via un communiqué la création du « Collectif des personnes licenciées illégalement dans les entreprises dans les entreprises par les directeurs généraux et adjoints hors-la-loi ».

Le parti invite de ce fait « toute personne ayant travaillé dans les entreprises publiques et ayant été licenciée après la promulgation de la loi  du 12 Julliet 2017 portant statut général des établissements publiques de bien vouloir se faire enregistrer aux numéros WhatsApp suivants : 691009180 , 679967636 et 695815258 ».

La jeune formation politique « rappelle avec insistance que ces licenciements  sont illégaux du fait de l'occupation illégale des personnes signataires de ces actes ». Le FDC assure que   « tous les actes  signés par les directeurs généraux et leurs adjoints ayant excédé la durée légale de leurs mandats de neuf ans feront l'objet de recours d'annulation auprès des tribunaux administratifs ».

Le 25 Août 2021, le FDC a saisi le président du conseil constitutionnel en qualité d'organe régulateur du fonctionnement des institutions de l'État pour attirer son attention et exprimer sa préoccupation sur le maintien en fonction de 18 Directeurs généraux et adjoints des entreprises publiques en violation de la loi 2017/011 du 12 juillet 2017 sur les établissements publics. Il brandissait comme argument l'article 70.alinea 3 qui stipule que le mandat d'un directeur général ou adjoint à la tête d'une entité publique est de 3 ans renouvelable 2 fois.

Suite à cette requête, le parti de Denis Emilien Atangana a obtenu une réponse favorable. Une audience aura lieu le mardi 07 Septembre 2021 à 11h à la salle des audiences du Conseil Constitutionnel située au Palais des congrès de Yaoundé. 

 
 
Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique