Cameroun - Insécurité: 9 personnes enlevées en trois jours dans l’arrondissement de la Vina (région de l’Adamaoua)

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Mar-2018 - 21h42   2669                      
1
Ville de Ngaoundéré Archives
Les villages reculés de cet arrondissement deviennent un vivier pour les ravisseurs jusqu’ici non identifiés.

Selon les révélations du journal L’œil du Sahel en kiosque le lundi 12 Mars 2018, le 6 mars dernier, quatre personnes ont été enlevées dans le village Tchabbal Assora sis après Tello, dans l’arrondissement de Bélel. L’une de ces victimes, le nommé Saidou, la cinquantaine, comme ses compagnons de misère, n’a plus donné de nouvelles.

Toujours selon le journal, entre le 6 et le 8 mars, dans l’arrondissement de Bélel, cinq autres personnes ont été enlevées, notamment dans les villages Kona Hahéré, Mbalang Modibbo, Baboua et Magoloum. En outre, lit-on, sur la route de Bélel, entre Mbang et Bélel, le fils d’un homme d’affaires a été enlevé à la même période. Le 5 mars dernier, un garçon de 11 ans, fils d’un autre homme d’affaires, a été enlevé au quartier Yarbang à côté du lamidat de Ngaoundéré.

Ces cas d’enlèvement font lancer un appel à l’intervention rapide des élites de l’Adamaoua. «Il faut que l’Association des ressortissants de l’Adamaoua (ARA) rassemble les filles et fils de l’Adamaoua pour en parler ; ça urge. On ne peut plus passer une journée dans les villages reculés de la région sans qu’on enlève une personne» s’indigne un fils de Ngaoundéré, dans les colonnes de L’œil du Sahel.

«Tout ça a commencé comme des amusements, mais c’est autre tournure que ça prend. Quand on pense que ce sont des petits voyous, drogués, Mbororos, Centrafricains, Tchadiens, qui viennent s’amuser comme ça avec les vies des autres, c’est encore plus écoeurant. Prenez le cas du vieux de 80 ans qui a été tué à Kobi, avant Mbang. Ils ont appelé ses enfants pour aller chercher sa dépouille. Où sont les députés, ministres, sénateurs ? Si on laisse faire, bientôt, les gens viendront enlever les autres en plein centre-ville comme un jeu», ajoute-t-il.

Il y un an, la police a mis hors d’état de nuire deux gangs spécialisés dans les enlèvements d’enfants à Ngaoundéré, avec demande de rançon. Après quelques mois d’accalmie, le phénomène d’enlèvement des personnes semble avoir repris de plus belle.  

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique