Cameroun - Interview/Abdoulaye Thiam (Calibri Calibro): «J’ai comme l’impression que lorsqu’on ne partage pas les positions du régime, on devient obligatoirement un soutien des Bamilékés ou un pro-Kamto»

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-May-2020 - 10h36   8461                      
23
Calibri Calibro Archives
La récente polémique au sujet de sa participation au programme «Le Débat Africain» sur RFI, les rapports entre la Brigade Anti-Sardinards et le MRC, l’activiste, farouche opposant au régime en place, s’est exprimé sur ces sujets et bien d'autres dans les colonnes du quotidien Le messager, édition du 18 mai 2020.

 

Son nom donne des sueurs froides aux nombreux défenseurs du  pouvoir en place. Abdoulaye Thiam alias «Calibri Calibro» a encore fait parler de lui il y a quelques jours. Son passage à l’émission «Le Débat Africain», diffusée sur les antennes de RFI, a suscité la colère au sein du RDPC.

Le présentateur de l’émission, le journaliste camerounais, Alain Foka,  a d’ailleurs été accusé de soutenir le leader du MRC, Maurice Kamto. «C’est quand même triste d’apprendre une telle bêtise. J’ai été sélectionné au même titre que trois autres activistes africains pour participer à l’émission ‘‘le Débat Africain’’ d’Alain Foka. Mais j’ai été surpris d’apprendre l’interprétation que des gens en ont faite. On dirait que nous sommes dans un Etat où les gens ne respectent plus rien. On fonctionne comme si nous étions dans une République bananière où il n’y a ni droits, ni lois. Ma surprise est d’autant plus grande que ces personnes qui osent jeter l’opprobre sur un journaliste de la taille et de la notoriété d’Alain Foka, ne sont en rien des modèles pour le peuple», explique l’activiste dans les colonnes du journal.

«J’aurais peut être compris si ces critiques étaient faites sur le plan professionnel; mais lorsqu’on décide d’attaquer l’homme sur des considérations ethniques, ça fait très mal. J’ai comme l’impression que lorsqu’on ne partage pas les positions du régime, on devient obligatoirement un soutien des Bamilékés ou un pro-Kamto. Les gens devraient se rendre à l’évidence que nous sommes dans une Nation et une Nation ne se détermine pas à une ethnie mais par un peuple qui est un tout. Ce relent tribal qu’on veut absolument faire digérer aux camerounais et qui envenime la vie sociopolitique au Cameroun, est particulièrement dangereux pour l’avenir de la Nation», ajoute-t-il.

Abdoulaye Thiam est le commandant en chef de la Brigade Anti-Sardinard. La BAS qui est accusée d’être la branche rebelle du MRC. Pour Calibri Calibro, c’est un autre gros mensonge. «La Brigade Anti-Sardinards que je dirige, n’appartient ni de près, ni de loin au MRC. Que cela soit su de tous. Et je vais ajouter que de la même manière que nous exerçons un droit de regard sur ce qui se passe avec ce régime aux affaires, c’est de la même manière que nous allons exercer ce droit de regard avec le MRC ou un autre parti politique qui va accéder à la magistrature suprême. N’attendez-pas de nous que nous baissons la garde ou que nous changeons d’un iota parce que le MRC est aux affaires», soutient-il.

Il en profite pour affirmer que la BAS n’est ni une organisation terroriste ni une organisation tribale. Et lorsqu’on lui demande quel boulot il exerce concrètement, Abdoulaye Thiam se contente de dire qu’il vit décemment. «Je ne mendie pas; je n’attends rien de personne; j’essaie de vivre avec le peu que j’ai. Je ne vis pas de l’aumône; encore moins de la générosité des gens. Je vis de la sueur de mon front et j’ai de quoi exister et m’occuper de moi», dit-il.

 

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique