Cameroun - Jean Bruno Tagne (journaliste) à propos de l’avenir politique de Maurice Kamto: «Le moment venu quand Maurice Kamto voudra être candidat à une élection présidentielle, il est possible qu’il puisse trouver un parti qui l’investisse comme candidat»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Mar-2020 - 15h17   14310                      
39
Jean Bruno Tagne Archives
Le journaliste et écrivain est convaincu qu’en 2025, le leader du MRC n’aura pas de mal à trouver un parti politique avec des élus qui veuille l’investir comme candidat

En boycottant les élections municipales et législatives du 9 février 2020, Maurice Kamto, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a-t-il sérieusement hypothéqué ses chances de participer à la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en 2025?

Pour l’heure l’ancien candidat à la présidentielle 2018, ses camarades de parti et ses partisans les plus convaincus ne semblent pas préoccupés par cette actualité. Ces dernières semaines, l’agenda politique de cette formation politique d’opposition est plutôt tourné vers un plaidoyer international pour une immixtion de la Communauté internationale dans la résolution des conflits socio-politiques qui ont cours au Cameroun.

Le leader du MRC a d’ailleurs récemment effectué une tournée politique en occident. Au cours de cette dernière, il a rencontré diverses personnalités politiques à l’instar de Tibor Nagy, le sous-secrétaire américain en charge des affaires africaines.

Cependant, comme l’a souligné la Radio française RFI dans l’un de ses journaux parlés consacrés à l’Afrique et diffusé ce mardi 10 mars 2020, l’avenir présidentiel de Maurice Kamto semble désormais s’inscrire en pointillés.

En effet, comme le stipule le code électoral, les candidats à l’élection présidentielle au Cameroun peuvent être investis soit par un «parti politique, soit indépendants à condition d’être présentés comme candidats à la présidence par au moins trois cents (300) personnalités originaires de toutes les provinces, a raison de trente (30) par province et possédant la qualité soit de membre de l’Assemblée nationale ou d’une chambre consulaire, soit de conseiller municipal, soit de chef traditionnel de premier degré».

Des conditions obligatoires que le leader du MRC est désormais incapable de remplir, à cause de sa  non-participation au double scrutin du 9 février 2020.

Il reste néanmoins une autre solution. Contacté par nos confrères de RFI, le journaliste et écrivain Jean Bruno Tagne pense que Maurice Kamto peut aussi bien se faire investir par un autre parti politique en dehors du MRC, lors de la prochaine élection présidentielle.

«C’est un gros risque qui a été pris par le MRC de Maurice Kamto de ne pas aller à ces élections. Mais en réalité, il y a en ce moment dans les conseils municipaux du Cameroun de nombreux partis politiques et je pense que le moment venu, si le président du MRC veut être candidat à une élection présidentielle, il est possible qu’il puisse trouver un parti qui l’investisse comme candidat à cette élection présidentielle. Un parti qui a des élus dans un conseil municipal. Cela a été le cas pour Cabral Libii qui est allé aux élections présidentielles de 2018. Il n’avait pas un appareil politique, mais il a été investi par le parti Univers. Je pense que c’est un risque qu’il a pris, mais je pense que c’est un risque forcément calculé. 5 années c’est beaucoup dans la situation qui est celle du Cameroun aujourd’hui et tout peut arriver», a-t-il déclaré.

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique