Cameroun - Journée de la Démocratie: La coalition «Tournons la Page» qualifie le Cameroun de «dictature démocratique»

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Sep-2020 - 14h33   2409                      
5
La coalition "Tournons la Page" au cours conférence de presse à Yaoundé le 15 septembre 2020 Yannick Kenné
A l’évaluation du système politique adopté par le Cameroun en 1990, cette organisation de la société civile militante conclut que 30 ans après sa mise en place, le processus de démocratisation du pays reste otage d’un «pouvoir arbitraire».

L’occasion de la célébration de la journée internationale de la démocratie ce mardi 15 septembre 2020, a donné à la coalition «Tournons la Page pour l’alternance démocratique au Cameroun», d’évaluer au cours d’une conférence de presse à Yaoundé, le processus de démocratisation de ce système politique adopté par le Cameroun en 1990. Cette organisation de la société civile militante, qui a vu le jour le 15 septembre 2015 à Yaoundé, a exploré les avancées de la démocratie camerounaise autour de la thématique: «Démocratie ou dictature: où se situe le Cameroun ?».

Et à l’aune des faits qui ont meublé la vie politique au Cameroun depuis 30 ans avec l’avènement du multipartisme, acquis de haute lutte  par certains leaders politiques et de la société civile, consacrant de ce fait les libertés d’expression, de manifestation, de réunion…, la coalition relève pour le déplorer que dans la pratique, ces concepts pourtant garantis par la loi fondamentale du Cameroun, continuent d’être foulés au pied.

«La Constitution est devenue un machin que le pouvoir tripote au gré de ses intérêts. Aucune loi au Cameroun n’est respectée. Les lois et les règlements sont foulés au pied. Les élections au Cameroun ne constituent plus qu’une formalité, une véritable farce», dénonce le coordonnateur de la coalition «Tournons la Page», Jean Marc Bikoko. Et de renchérir: «Au vu de la pratique quotidienne, notre constitution a subi depuis 1990, de multiples tripatouillages, juste pour régler les problèmes d’un groupe. Quand on regarde l’état de nos lois qui disent quelque chose, et voit les autorités elles-mêmes faire autre chose, quand on voit les libertés qui sont consacrées comme la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté de manifestation…, qui sont aujourd’hui foulées au pied, quand on voit la justice qui est à tête chercheuse, on est dans l’arbitraire».

Transition démocratique

Il déplore que par leurs actes, certaines autorités à l’instar du ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, en interdisant des manifestations pourtant prévues par la constitution, consacre le règne du «pouvoir arbitraire» et ont érigé un  nouveau système politique que Jean Marc Bikoko qualifie de «dictature démocratique». Pour la coalition, la mise en place des instruments démocratiques, et l’organisation des différentes élections prévues par la Constitution, ne suffisent pas pour considérer le Cameroun comme un Etat démocratique.

Au sujet de l’élection des conseillers régionaux, prévue le 6 décembre 2020, la coalition pense d’ailleurs que le chef de l’Etat, Paul Biya, n’aurait jamais dû convoquer les collèges électoraux, tant que les acteurs politiques ne se sont pas concertés pour une réforme consensuelle du code électoral. Aussi, déplore-t-elle, que le code électoral alternatif conçu par l’ONG «Dynamique Citoyenne», et soumis à l’appréciation du gouvernement avec un feedback satisfaisant, demeure ignoré dans un contexte où les partis politiques revendiquent à tue-tête la réforme du système électoral.

Il est clair pour «Tournons la Page» que le processus de démocratisation du pays est vicié dès lors que les libertés fondamentales prévues dans la loi fondamentale sont embrigadées par des thuriféraires du pouvoir. Néanmoins, la coalition continue d’appeler de tous ses vœux au changement politique du système gouvernant actuel, qui passe selon elle par «une transition démocratique de 2 ans, adossée sur un dialogue national véritablement inclusif», suggère Jean Marc Bikoko.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique