Cameroun - Justice: Arrêt des poursuites contre Me Michelle Ndoki et Cie

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Dec-2018 - 11h11   1654                      
0
Les militants du MRC MRC
La décision a été rendue ce 4 décembre 2018 au Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo.

Happy end pour Me Michelle Ndoki et une quarantaine de sympathisants du MRC. L’audience de ce mardi au Tribunal de première instance de Douala à Bonanjo a débouché sur l’arrêt des poursuites. Suivant les réquisitions du Procureur général, le tribunal a ordonné sur autorisation du ministre de la Justice, l'arrêt des poursuites contre Me Michelle NDOKI et les 45 militants MRC arrêtés lors d’une manifestation à Douala.

Le 27 octobre 2018, Me Ndoki, vice-président femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, avait organisé un mouvement de protestation contre ce que les militants du MRC qualifient de vol de la victoire de leur champion Maurice Kamto à l’élection présidentielle. Cette manifestation interdite par les autorités, avait connu l’interpellation d’une quarantaine de personnes parmi lesquelles Michelle Ndoki.

Libérés par la suite, ils avaient reçu une citation à comparaître signée du Procureur de la République qui leur reprochait d’avoir « participé à l’organisation des réunions et manifestations sur la voie publique pour protester contre les résultats de l’élection présidentielle sans avoir fait la déclaration requise ».

Celle qui s’est révélée au grand public lors du contentieux post-électoral devant le Conseil Constitutionnel et les autres étaient aussi accusés d’avoir « incité à résister à l’ordre légitime du gouverneur de la région du Littoral », d’avoir « fait publiquement l’apologie des crimes ou des délits en faisant des appels à l’insurrection »

L’audience de ce jour devait initialement se tenir le 6 novembre. Mais en raison de l’investiture de Paul Biya la journée avait été déclarée fériée au Cameroun et le procès renvoyé. A l’entrée de l’audience ce matin, Me Ndoki s’est montrée confiante. « Nous avons décidés de nous regrouper et d’arriver tous ensembles au tribunal. Nous n’avons rien fait de mal parce que la loi dit que nous sommes innocents jusqu’à ce que la loi démontre le contraire et surtout parce que les hommes et femmes que nous sommes sont conscients que nous n’avons rien fait de mal », a-t-elle déclaré sur les antennes d’Equinoxe radio.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique