Cameroun - Justice - Sorti de prison, Me Harissou s’exprime sur RFI: «On a fait tout pour faire croire au Chef de l’Etat que Marafa est un homme dangereux et que moi étant son ami, je suis plus dangereux que lui»

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Nov-2017 - 12h51   3545                      
0
Me Abdoulaye Harissou B. Bertholt
Après trois années derrière les barreaux, le célèbre notaire de Garoua a été libéré le 12 novembre 2017.

Me Abdoulaye Harissou est enfin libre ! Poursuivi depuis 2014, pour tentative présumée de coup d’Etat, le notaire, proche de l’ancien ministre aujourd’hui incarcéré Marafa Hamidou Yaya, a été condamné le 30 octobre 2017 par le tribunal militaire de Yaoundé à 3 ans d’emprisonnement. Les juges ont prononcé sa relaxe, étant donné que sa peine correspondait à la période qu’il a passée derrière les barreaux.

Mais après cette décision, Me Harisssou a encore dû attendre pendant 13 jours avant d’être libéré. C’est dimanche dernier qu’il est finalement sorti de prison. Interrogé par RFI (Radio France Internationale), le notaire est revenu sur cette affaire.

« Il y a beaucoup de manipulations dans ce dossier, beaucoup de mensonges, beaucoup de tergiversation,  il y a eu trois juges, deux juges d’instruction 22 renvois etc. vraiment, c’était infernal», a regretté le notaire avant d’ajouter : « j’ai le sentiment, je suis même convaincu que j’ai été pris dans une affaire qui ne me concernait pas et qui était au-dessus de moi. Parce qu’on on tout fait pour faire croire au chef de l’Etat que Marafa est un homme dangereux et que moi, étant son ami, j’étais plus dangereux que lui puisque lui était en prison et que moi j’étais dehors ».

A travers ses déclarations, Me Harissou a laissé croire que les procès intentés contre l’ancien ministre Marafa sont la face visible d’un règlement de comptes politiques. « …ceux qui voulaient faire des règlements de comptes politiques à monsieur Marafa s’en sont pris à moi et je me suis retrouvé comme cela injustement pendant trois ans de ma vie, détenu pour rien », a-t-il dit.

Le notaire qualifie cette période de «calvaire». RFI a indiqué qu’il a introduit un recours afin que son « innocence » soit reconnue.  

 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique