Cameroun - Kribi: Une dizaine de personnes tuées par noyade dans les plages en une semaine

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Aug-2019 - 05h45   7411                      
8
Une plage de Kribi archives
Le phénomène inquiète les habitants et les touristes de la cité balnéaire.

Les plages de Ngoye et Wamié dans la ville de Kribi (Sud), sont devenues des tueuses. Le quotidien Mutations paru ce 20 août 2019, renseigne qu’en l’espace d’une semaine, une dizaine de personnes sont mortes par noyade.   

Le 11 août dernier, sept jeunes qui prenaient leur bain ont été surpris par les vagues dans la plage de Wamie. Cinq d’entre eux vont réussir à sortir de l’eau tandis que les deux autres, moins chanceux, sont emportés. 

«Des témoins oculaires décrivent une scène tragique de deux adolescents qui sont emportés par les eaux, sous l'action impuissante de quelques riverains qui n'ont pas pu les sauver», soulignent le journal.

Alors que les opérations de sauvetage de ces derniers se déroulaient, un autre enfant s’est jeté dans l’eau et a aussi été entraîné par le courant.

«Selon les autorités locales, quatre autres cas de noyade ont été enregistrés ce même 11 août. Ce qui fait au total sept disparitions. Mardi 13 août, en matinée, des riverains ont découvert au bord de l'eau, un corps sans vie, rejeté par la mer… il se trouve que c’est le corps du jeune Ibrahim, âgé de 20 ans, originaire du Nord-Ouest (communauté des Mbororo) et travaillant dans un restaurant de la place. Plus tard en soirée, une autre découverte macabre est faite. Il s'agit du corps de la petite Antoinette, 15 ans environ, habitant le quartier Mokolo à Kribi», rapporte le quotidien privé.

Des pêcheurs sont mis à contribution depuis plusieurs jours pour la recherche des corps des victimes. Le 17 août, une dépouille a été retrouvée aux encablures de Londji, à 15 km du centre urbain. Mais son identification n'a pas pu être possible parce que plusieurs parties du corps avaient été arrachées par des animaux aquatiques. Quatre corps restent introuvables.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique