Cameroun : Le Directeur général de l’ARSEL veut quitter ses fonctions à la fin de son mandat de neuf ans

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Jul-2019 - 12h24   1778                      
2
Si cet acte est en respect d’une loi, il est par contre extraordinaire dans notre pays où les dirigeants des Etablissements publics ou des Entreprises publiques sont souvent « oubliés » à leurs postes pendant des décennies au mépris des dispositions légales.

 

Ce mercredi 10 juillet 2019, le service du courrier du Ministère de l’Eau et de l’Energie, a reçu une correspondance du Directeur général de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (ARSEL) adressée au ministre de l’Eau et de l’Energie.

Dans une copie de cette lettre qui a fuité, Jean Pierre Kedi rappelle au ministre Gaston Eloundou Essomba que son mandat de DG de l’ARSEL est parvenu à sa fin.

Faisant référence aux différentes lois portant statut général des Etablissements publics et des Entreprises publiques, le patron de l’ARSEL depuis neuf ans rappelle à sa tutelle qu’il a atteint l’échéance de son mandat de neuf ans depuis le 23 juin 2019. « Conformément au décret numéro 2019/322 du 19 juillet 2019, fixant les catégories d’établissements publics, la rémunération, les indemnités et les avantages de leurs dirigeants, j’ai entamé la liquidation de la période transitoire qui court jusqu’au 19 septembre 2019. Je vous saurais gré de me faire connaitre en retour la personne focale à laquelle, le cas échéant, je devrais remettre les documents de passation de service, étant donné que les actuels Président du Conseil d’administration et Directeur général adjoint de l’ARSEL dont dans le même cas d’atteinte de limite de mandat » écrit Jean Pierre Kedi.

Dans l’attente de la réaction du gouvernement, l’attitude du DG de l’ARSEL suscite de l’admiration au sein de l’opinion publique. C’est pourtant un acte posé en respect d’une loi. Mais il est devenu extraordinaire dans notre pays où les dirigeants des Etablissements publics ou des Entreprises publiques sont souvent « oubliés » à leurs postes pendant des décennies au mépris des dispositions légales.

L’acte est rarissime mais, ce n’est pas une grande première. Il y a quatre mois, le Pr Viviane Ondoua Biwole, a aussi décidé de remettre son tablier après avoir passé neuf ans au poste de Directeur général adjoint de l’Institut supérieur de Management, un autre établissement du portefeuille de l’Etat.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique