Cameroun: Le Préfet du département de la Momo et le Colonel Didier Badjeck s’expriment au sujet du Sous-Préfet enlevé à Batibo dans la Région du Nord-Ouest.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Feb-2018 - 21h33   21065                      
32
Le Prefet de la Momo Archives
Les autorités s’expriment alors que des informations contradictions circulent sur la situation exacte du chef de terre de l’arrondissement de Batibo.

Il n’y a pas de contradiction sur le fait que le Sous-Préfet de Batibo a été enlevé. Absalom Monono Woloa, le Préfet du département de la Momo dont Batibo est l’un des arrondissements, le haut commandement des forces de défense et de sécurité et les sécessionnistes qui combattent pour l’indépendance des Régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest, s’accordent sur le fait que Namata Diteng a été kidnappé.

Mais, «Contrairement à ce que j’ai lu ici et là, le Sous-prêt n’a pas été enlevé pendant qu’il présidait le défilé du 11 février 2018. Il a été enlevé pendant qu’il se rendait au lieu du défilé pour voir si tout était fin prêt surtout sur le plan sécuritaire pour le déroulement du défilé» explique le Préfet Absalom Monono Woloa dans un entretien téléphonique avec Cameroon-Info.Net. «Et jusqu’à présent (10h30, ce lundi 12 février 2018, ndlr), le Sous-préfet reste introuvable. Mais, le gouvernement a déployé tous les moyens nécessaires pour le retrouver» indique le Préfet du département de la Momo dans la région du Nord-Ouest.

Au courant de la journée de ce lundi, certains activistes sécessionnistes ont annoncé l’assassinat du Sous-Préfet kidnappé la veille. D’autres informations annoncent plutôt la libération du Chef de terre de Batibo, suite à une vaste opération conjointe des armées camerounaise et nigériane. Contacté par Cameroon-Info.Net, le Colonel Didier Badjeck, Chef de la division de la Communication au Ministère de la défense a démenti toutes ces informations contradictoires, précisant au passage que les recherches sont encore en cours pour retrouver le Sous-Prefet Namata Diteng.

Ainsi, la guerre que le gouvernement central mène contre des activistes qui luttent pour l’indépendance du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les Régions anglophones du Cameroun, a pris une nouvelle tournure depuis hier dimanche 11 février 2018. C’est la première fois qu’une autorité administrative est prise en otage par des présumés sécessionnistes.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique