Cameroun - Législatives et municipales 2020: Le La bataille des investitures fait rage au RDPC

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-Nov-2019 - 13h02   5191                      
3
Manif du RDPC a Bafoussam Facebook
A en croire le bihebdomadaire Défis Actuels, certains militants de base du RDPC sont opposés à la décision de la hiérarchie de leur partie de procéder à des investitures pour désigner les candidats pour les prochaines législatives et municipales.

Dans son édition en kiosque le 18 novembre 2019, le bihebdomadaire Défis Actuels titre «Législatives et Municipales: Les Investitures divisent au sein du RDPC».

Le journal revient sur la circulaire du président national du parti au pouvoir datant du 15 novembre, qui fixe les conditions à remplir pour briguer un poste de député ou de conseiller municipaux sous les couleurs dudit parti.

«Si certains militants expriment leur satisfaction et rassurent quant à la transparence des présélections, d'autres s’opposent aux candidats annoncés par le Comité central du parti au pouvoir et menacent de quitter le navire», lit-on.

«Nous n’allons pas vivre éternellement la dictature du Comité Central, trop c’est trop… Dans plusieurs localités, les militants de base n’ont pas digéré le fait qu’on leur a imposé des candidats», affirme Joseph Claver Edima, militant du RDPC à Mfou.

Notre confrère renseigne que certains militants avaient déjà exprimé leur opposition aux investitures le 6 novembre dernier, à l’occasion de la célébration du 37 anniversaire de l’accession de Paul Biya au pouvoir.

«Nous ne voulons plus vivre les mêmes choses qu’en 2013 où l’on n’a pas tenu compte de nos aspirations dans la confection des listes. Il faut que cela cesse et qu’on nous laisse librement choisir nos prochains élus locaux. Nous connaissons ceux qui sont en phase avec nous et qui méritent notre confiance. Les gros poissons ne doivent plus imposer leurs pions. Aucun passage en force ne sera accepté comme par le passé. Pour éviter un soulèvement populaire ou le vote sanction, nos aspirations doivent impérativement prises en compte», avaient-ils fait entendre, relaie Défis Actuels.

Le journal publie également la réaction de Benjamin Amama, chef de la délégation permanente du RDPC dans le Haut-Nyong face à ces inquiétudes. «En ma qualité de patron du RDPC dans cette circonscription politique, je vais m’assurer que la circulaire du Comité central relative à la désignation ou à l’investiture de nos candidats soit scrupuleusement respectée. Il n’y aura pas de parrainage lors des prochaines élections. Tous les potentiels candidats du RDPC peuvent dormir sur leurs oreilles et sans crainte d’une quelconque menace», a assuré Benjamin Amama.

Dans le même sens, Grégoire Owona, le secrétaire général du Comité Central du RDPC, a appelé les militants de ce parti à tourner le dos aux rumeurs véhiculés dans les médias et à lire attentivement la circulaire de leur président, appuyée par deux notes du secrétaire général du Comité Central. Il soutient que le choix des candidats se fera «à la base et par la base pour le meilleur des consensus».

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique