Cameroun - Législatives et municipales 2020/Patricia Ndam Njoya (députée UDC): «Quand le ministre de la Défense nous fait savoir que les militaires vont assurer la sécurité pendant les élections, nous ne pensons pas que ce soit correcte… nulle part au monde on ne peut aller aux élections avec les militaires qui sont tranchés sur le chemin»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Jan-2020 - 12h32   10761                      
11
Patricia Ndam Njoya capture d'écran
L’élue dénonce une forme de militarisation du double scrutin du 9 février 2020.

L’Union des Populations du Cameroun (UDC), le parti d’Adamou Ndam Njoya, critique les mesures de sécurité annoncées par le gouvernement dans le cadre des élections législatives et municipales du 9 février 2020.

Le ministre de la Défense et le chef d’état-major des armées ont récemment annoncé des renforts militaires dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en vue de la sécurisation du double scrutin.

«Quand le ministre de la Défense nous fait savoir que les militaires vont assurer la sécurité pendant les élections, nous ne pensons pas que ce soit correcte, que ce soit sérieux parce que nulle part au monde, on ne peut aller aux élections avec les militaires qui sont tranchés sur le chemin», a déclaré Patricia Ndam Njoya, députée de ce parti, à l’issue d’une conférence de presse le 18 janvier 2020 à Douala.

L’élue dénonce par ailleurs la présence de certains bureaux de vote dans les camps militaires et les chefferies traditionnelles.

«Nous avons constaté dans certaines circonscriptions que les chefferies traditionnelles continuaient à abriter les bureaux de vote, ainsi que certaines casernes. Et quand on a demandé de respecter la loi, ils ont juste déplacé de quelques mètres ces bureaux de vote; ce qui n’est pas rassurant du tout», fustige l’honorable Ndam Njoya.

Malgré ces griefs, le parti a décidé d’aller aux élections. L’UDC estime que les réformes attendues par les Camerounais, notamment sur le plan social et au niveau du Code Electoral, ne peuvent avoir lieu que si les électeurs se rendent massivement aux urnes et qu’ils votent contre le RDPC, le parti présidentiel.

Fred BIHINA

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique