Cameroun : Les Chefs traditionnels Sawa du Wouri interpellent les autorités sur l’insécurité grandissante dans la ville de Douala.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Nov-2020 - 02h25   7382                      
2
Roger Mbassa Ndine et les chefs Sawa Frédéric Nonos
L’agression des personnalités publiques comme Abel Elimby Lobe, les attaques au couteau et à la machette de la part des délinquants surnommés « microbes » et les appels à l’affrontement inter tribal inquiètent l’Association des Chefs traditionnels des villages Sawa, département du Wouri, dans la Région du Littoral.

 

Les membres de ce groupement l’ont fait savoir dans un communique daté le 15 novembre 2020 mais qui est publié ce 21 novembre.

A l’attention de l’opinion publique nationale et internationale, les Monarques font savoir que le grand banditisme et les agressions sont en forte progression dans la capitale économique du Cameroun, nonobstant le fait qu’ils interpellent depuis plusieurs mois, les autorités sur la nécessité de renforcer la sécurité des hommes et des biens dans la ville portuaire du Littoral.

L’agression de l’homme politique Abel Elimby Lobe « ardent défenseur des droits légitimes et internationalement protégés des minorités et des peuples autochtones », est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, selon les Chefs Sawa du Wouri.

Ils estiment, par ailleurs, que dans un contexte marqué par la montée des discours de haine et de tribalisme, il y a lieu de craindre que certains compatriotes en profitent pour lancer des « Fatwa ».

Après avoir dressé la situation d’insécurité grandissante dans la ville de Douala, les Rois invitent les autorités à renforcer et durcir le dispositif sécuritaire, à multiplier les initiatives et les rencontres avec les acteurs sociaux afin de travailler en synergie pour restaurer la sécurité des hommes et des biens.

Réaction Chefs Sawa au sujet insécurité à Douala (c) Association des Chefs Sawa du
Réaction Chefs Sawa au sujet insécurité à Douala (c) Association des Chefs Sawa du
Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique