Cameroun: Les dirigeants du MRC, Maurice Kamto, Albert Dzongang, Célestin Djamen, Alain Fogue aux arrêts.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Jan-2019 - 23h49   14981                      
156
Maurice Kamto et ses proches Archives
Après avoir réprimé la marche blanche organisée samedi 26 janvier par le MRC, la police a procédé ce lundi 28 janvier 2019 à l’arrestation des principaux dirigeants du parti d’opposition dirigé par Maurice Kamto.

Le cas le plus pathétique est celui de Célestin Djamen. Blessé par balle le samedi 26 janvier 2019 pendant la marche, il était encore sous soins intensifs à l’hôpital générale de Douala, sis au quartier Bédi, arrondissement de Douala 5e, quand les policiers sont venus le sortir de l’hôpital sous les yeux impuissants de sa famille. « Nous n’avons rien compris. Lorsque la police a débarqué, ils ont demandé de vider la salle. Mon mari était avec les gens qui sont venus lui rendre visite. Tout le monde est sorti et je suis reste parce que je leur ai dit que je suis son épouse. Les policiers ont dit qu’ils sont venus le chercher parce que sa place n’est pas ici. Mon époux n’a pas fait la résistance, il a simplement demandé les papiers qui autorisaient sa sortie. Les policiers sont partis et ils sont revenus quelques minutes après pour l’embarquer pour une destination inconnue » relate Madame Djamen, dans un entretien exclusif avec Cameroon-info.Net

Voiture de police devant le domicile d'Albert Dzongang - 28/01/2019 (c) Facebook

Ailleurs au quartier Bassa toujours dans l’arrondissement de Douala 5e, un autre groupe de policiers, a quadrillé pendant des heures le domicile d’Albert Dzongang, conseiller spécial de Maurice Kamto, avant de lancer l’assaut vers 19h pour interpeller le propriétaire des lieux et Maurice Kamto qui s’y trouvait. Selon des indiscrétions, ils ont été conduit dans les locaux de la Police judiciaire au quartier Bonanjo, arrondissement de Douala 1er.

Les forces de l’ordre ont dû faire usage d gaz lacrymogène et des tirs de sommation pour maitriser la foule de partisans qui s’opposaient à l’arrestation du leader du MRC.

Bien avant du côté de Yaoundé, Alain Fogue, Engelbert Lebon Datchoua, Mitterrand Nzali Ngandjounag et bien d’autres cadres du MRC ont été interpellés. Ils sont gardés à vue par la police…

Ainsi, après avoir condamné les manifestations organisées par le MRC pour dire « Non, au hold-up électoral, Non à la corruption, Non à la guerre au Nord-Ouest et au Sud-Ouest », le gouvernement camerounais entend traduire en justice les organisateurs de ces manifestations qui ont fait des dégâts sur le plan national et dans les missions diplomatiques du Cameroun en occident.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique