Cameroun – Libération des prisonniers du MRC: Amnesty International salue la décision du président de la République et l’encourage à faire montre de la même clémence envers les autres personnes incarcérées pour avoir fait valoir «leur droit à la liberté d’expression»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Oct-2019 - 18h14   3438                      
4
Samira Daoud, Directrice du programme Afrique de l’Ouest et Centrale ,d’Amnesty International archives
C’est la substance d’une déclaration de Samira Daoud, Directrice du programme Afrique de l’Ouest et Centrale ,d’Amnesty International

La libération de Maurice Kamto ainsi que celle des cadres et des militants de son parti le MRC, continue de susciter de nombreuses réactions à travers le monde. Après les États-Unis, c’est désormais au tour d’Amnesty International de confesser son satisfecit vis-à-vis de la décision du président de la République Paul Biya, d’ordonner l’arrêt des poursuites devant les tribunaux militaires, contre certains responsables et militants des partis politiques et notamment du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), arrêtés et détenus pour des faits commis dans le cadre de la contestation des résultats de la récente élection présidentielle. Ce lundi 07 octobre 2019, Samira Daoud, Directrice du programme Afrique de l’Ouest et Centrale ,d’Amnesty International s’est exprimé à ce sujet «L'annonce par le président Paul Biya de la fin des poursuites engagées contre le leader de l'opposition Maurice Kamto et plusieurs de ses partisans est une étape vers la fin de la longue répression des voix dissidentes au Cameroun. Enfin Kamto, ses partisans, et beaucoup d'autres détenus arbitrairement pendant des mois, ont la possibilité de retrouver leurs familles et leurs proches», a-t-elle déclaré.

 

Si Samira Daoud se réjouit de la décision prise par le président de la République, elle trouve cependant qu’il pourrait encore faire mieux. Notamment, en libérant «toutes les autres personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique, et mettre en place des mesures claires pour protéger et respecter les droits de l'homme», a-t-elle préconisé.

 

Pour rappel, après 9 mois de prison, Maurice Kamto, le président National du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ainsi que plusieurs militants et cadres du parti arrêtés en Janvier et en juin 2019 après des manifestation pacifiques, ont été libérés ce vendredi 04 octobre 2019.

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique