Cameroun - Liberté de la presse: Depuis la prison, le journaliate Michel Biem Tong ecrit aux camerounais: «Je voudrais vous prier de me soutenir surtout financièrement»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Nov-2018 - 00h09   5448                      
16
Michel Biem Tong Archives
Depuis la prison de Kondengui où il est incarcéré, le promoteur du site Hurinews a écrit une lettre ouverte aux Camerounais.

Interpellé le 23 octobre 2018 et détenu pendant trois semaines au Secrétariat d’Etat à la Défense, Michel Biem Tong est écroué à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé le 15 novembre. Inculpé pour « apologie du terrorisme », « outrage au Chef de l’Etat », et « déclarations mensongères », Le journaliste et activiste risque la peine de mort. Il sera présenté au tribunal militaire de Yaoundé le 5 décembre prochain.

C’est donc du fond de sa cellule que le promoteur de Hurinews a choisi de s’adresser aux Camerounais. Tout en remerciant les uns et les autres pour la mobilisation pour sa libération, il écrit que : « je puis vous rassurer qu'au-delà de mon innocence que je n'ai eu de cesse de clamer jusqu'aujourd’hui, mon moral reste intact et j'ose croire qu'il y'aura une bonne issue à tout ceci ».

Passés les remerciements, le confrère prie les âmes généreuses de le « soutenir surtout financièrement », car, dit-il, « comme tous ceux qui sont passés à la prison centrale de Kondengui peuvent en témoigner, la prison coûte extrêmement chère ici et notre survie ne tient que de notre capacité financière ».

Voici l’intégralité de la lettre :

Bonjour mes chers frères et sœurs.

Je voudrais vous dire du fond du cœur sincèrement MERCI pour les soutiens multiformes que vous n'avez eu de cesse de manifester depuis ma mise en détention au SED jusqu'à ce jour où je me retrouve à la prison centrale de Kondengui.

Je puis vous rassurer qu'au-delà de mon innocence que je n'ai eu de cesse de clamer jusqu'aujourd’hui, mon moral reste intact et j'ose croire qu'il y'aura une bonne issue à tout ceci.

En termes d'urgence, je voudrais vous prier de me soutenir surtout financièrement car comme tous ceux qui sont passés à la prison centrale de Kondengui peuvent en témoigner, la prison coûte extrêmement chère ici et notre survie ne tient que de notre capacité financière.

Aussi vous prierais-je de contacter pour toutes vos contributions le collectif pour ma libération désormais en contact avec ma famille notamment ma sœur ainée afin que vos contributions me parviennent.

Recevez toute ma gratitude émue et que Dieu vous bénisse!!

Fred BIHINA

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique