Cameroun - Liberté de la presse: Reporters Sans Frontières dénonce l’arrestation du journaliste Kinglsey Njoka

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Jul-2020 - 09h44   1691                      
1
Kingsley Njoka Twitter
L’organisme de défense des droits des journalistes dans le monde s’offusque du placement en détention provisoire de ce confrère arrêté en mai 2020 à Douala.

Le journaliste Kinglsey Fumunyuy Njoka, arrêté le 15 mai 2020 à son domicile à Douala (Littoral) par les forces de sécurité camerounaises, a été placé en détention provisoire dans une prison militaire pour les six prochains mois, à compter du 12 juin 2020. Il est accusé de «sécession et de complicité de bande armée», à cause de ses positions acerbes à l’égard des autorités camerounaises de leur gestion de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Reporters Sans Frontières (RSF) a réagi le mardi 30 juin 2020 à travers un communiqué à son arrestation, et dénonce son placement en détention. Cet organisme, témoignant d’un échange avec son avocat, indique que le journaliste freelance est dans un «état fébrile».

«Les accusations portées contre ce journaliste n’ont, jusqu’à présent, jamais été étayées et sa détention au secret pendant plusieurs semaines aurait sans doute duré plus longtemps sans les graves révélations autour de la mort de son confrère anglophone Samuel Wazizi, lui aussi initialement arrêté pour sa couverture de la crise qui secoue les régions occidentales du Cameroun.  Détenus au secret, régulièrement associés à des terroristes, jugés devant des tribunaux d’exception, les journalistes camerounais, notamment celles et ceux qui traitent du conflit anglophone, se trouvent dans une situation extrêmement préoccupante. Aucun pays de la région n’est allé aussi loin dans la répression de la liberté d’informer ces dernières années», déplore Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF, qui pense que le Cameroun est en train de devenir le pays le plus dangereux pour les journalistes en Afrique Centrale.

Cette nouvelle affaire Kinglsey Njoka est tout juste précédée par celle de Samuel Wazizi, mort en détention dans des conditions troubles toujours pas élucidées, car accusé de proximité avec les groupes armés séparatistes.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 [email protected]roon-info.net
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique