Cameroun - Litige familial: Yannick Noah s’oppose à l’inhumation de son oncle dans le caveau familial (Kalara)

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 31-Jul-2019 - 13h04   9124                      
1
Yannick Noah reçoit ses attributs de Chef Archives
A l’origine de cette situation, un différend familial sur l’héritage du clan des Noah.

L’hebdomadaire Kalara en kiosque depuis le mardi 30 juillet 2019, révèle que la star de la musique et ex-champion de tennis, Yannick Noah, s’oppose à l’inhumation dans le caveau familial, de son oncle, Jean Jacques Noah, décédé le 16 juillet dernier.

Les frères du défunt, ses autres oncles, lui ont écrit une lettre pour demander l’organisation des obsèques les 2 et 3 août prochains dans la concession familiale, située au quartier Tongolo à Yaoundé.

Kalara publie la réponse du vainqueur de Roland Garros 1983: « … j’ai aussi eu vent d’une rumeur comme quoi la cérémonie et l’enterrement pourraient se passer dans ma propriété et dans le caveau où reposent Maman Ngon, Papa Tara, Jean Gaston et Papa. C’est impossible. Ceci dit, je me tiens à votre disposition si vous avez besoin d’une aide. Sincèrement», aurait écrit Yannick Noah, le désormais chef du clan.

Les frères de l’oncle défunt ont d’ores et déjà saisi le procureur général près la Cour d’Appel du Centre. «Ils sollicitent l’autorisation d’ouverture forcée des portes du domicile familial resté hermétiquement fermé et abandonné», indique notre confrère. La décision de justice reste attendue.

Les clés de la maison familiale, sont détenues par feu Zacharie Noah, le père de Yannick Noah et frère consanguin de Jean Jacques Noah. Or, les frères du disparu souhaitent qu’une partie du terrain, dans ses proportions raisonnables, sur l’ensemble de l’immeuble légué par feu Noah Bikié (père de Zacharie Noah et de Jean Jacques Noah), soit cédée pour son inhumation.

«Pour bien comprendre cette affaire, il convient de revisiter l’arbre généalogique de cette célèbre famille. En effet, le patriarche Noah Bikié, grand-père de Yannick Noah, pionnier de l’État et richissime commerçant tué par fusillade à l’occasion du putsch manqué contre le Président Biya en 1984, avait eu deux lits au cours de son existence», relate le journal spécialisé dans l’actualité judiciaire.

Marié en premier à Mme Mekongo Elisabeth, il avait fait six enfants, soit quatre filles et deux garçons, dont Jean-Gaston et Zacharie, le père de Yannick. Plus tard, M. Noah Bikié prendra une deuxième épouse, Mme Essengue Jacqueline, avec laquelle il obtiendra quatre autres enfants, une paire de filles et une autre de garçons parmi lesquels Jean Jacques Noah, le défunt.

Le patriarche meurt le 11 avril 1984 entre les mains de sa seconde épouse, avec qui il a passé ses derniers jours sous le même toit.

Lorsque les procédures de sa succession sont engagées, Mme Essengue et ses enfants seront chassés du domicile qu’ils occupaient et ignorés dans le jugement d’hérédité bien qu’ayant été reconnus du vivant de leur père.

Ces derniers saisissent la justice en 1986. Depuis lors, les procédures se sont multipliées, mais aucune solution n’a été trouvée.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique