Cameroun - Littérature: Dans son nouvel ouvrage, l'enseignant Patric Marius Ondondo présente Paul Biya comme "l'architecte de la démocratie camerounaise"

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Feb-2021 - 12h57   5145                      
26
Paul Biya archives
«Paul Biya: l’architecte de la démocratie camerounaise face aux enjeux économiques, sécuritaire et de la réforme de l’État», c’est le titre de cet ouvrage.

Dans son ouvrage intitulé: «Paul Biya: l’architecte de la démocratie camerounaise face aux enjeux économiques, sécuritaire et de la réforme de l’Etat», Patric Marius Ondodo présente le Président de la République Paul Biya, «comme l’architecte invétéré de la modernisation des institutions du pays, à travers l’implémentation d’une démocratie participative reconnue», rapporte le quotidien d’Etat Cameroon Tribune en kiosque ce 17 février 2021.

Ce, en dépit des turpitudes causées par de multiples crises sécuritaires dont: Boko Haram dans le septentrion et les bandes sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Des situations qui ont toujours eu une incidence négative sur l’économie du pays.

Mais, dans ce livre de 28 chapitres, l’enseignant de droit des lycées techniques recommande de ne pas «conclure très vite les affaires de Biya. Avec lui, on ne sait jamais», note le journal. Sur les 209 pages sur lesquelles il étaye ses propos,  il démontre aussi «la praxis politique de Paul Biya qui en fait un formidable réformateur», peut-on lire.

A travers les cinq titres de cet ouvrage, cet auteur de plusieurs essais littéraires «retrace la trajectoire de la modernisation des institutions du pays. Une modernisation obtenue grâce à une kyrielle de réformes instruites, notamment sur le plan institutionnel. Dans ce sens, grâce à une chronologie indicative, il traverse l’histoire ayant conduit aux différentes mutations du Cameroun. De l’arrivée des Allemands en 1884 à la consécration de l’Etat unitaire décentralisé en 1996,en passant par la partition du territoire en 1914, la réunification en 1961 et l’instauration de l’Etat unitaire en 1984», lit-on.

Selon l’auteur, toutes ces réformes instaurées par le Chef de l’Etat ont permis le triomphe des institutions organiques mises en place. Il cite entre autres: le Sénat, le Conseil constitutionnel et les instruments de lutte contre la corruption que sont la CONAC, l’ANIF, le CONSUPE et le TCS. L’auteur cite aussi ELECAM et l’arrivée de la première femme dans le corps des forces armées et de défense.

Enfin, au-delà de ces éloges faites à l’homme du Renouveau, il reconnaît somme toute que la démocratie camerounaise reste à parfaire.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique